Blooming You - Mieux-être corps et esprit

Amal Dadolle

Blooming You, c’est d’abord l’histoire d’une passion, celle de l’Humanité, de sa raison d’être et de ce qui crée une vie bonne et heureuse. Notre parti pris est d’aller à la rencontre de savoirs oubliés et de vous nourrir de connaissances utiles et hétéroclites (scientifique, philosophique, psychologique, spirituelle, sociologique, culturelle…) afin d’en démontrer les liens, d’élargir notre champ de vision et surtout de vous INSPIRER… Notre ambition est de partager avec vous des savoirs ayant un impact positif sur l’Homme et le vivant.

Pour vous abonner à BloomingYou cliquer ici : https://m.audiomeans.fr/s/S-cGQrNfFn «Il ne faut juger de notre bonheur qu’après la mort» écrivait Montaigne. Il considérait, en effet, que l’important dans la vie n’est pas les circonstances mais la manière dont on agit face à elles. Nous vivons une époque où le bonheur est trop souvent associé à la richesse matérielle, au statut et aux honneurs. Ce qui conduit bien souvent à de grandes désillusions, voire à un mal-être profond. Ce mal-être émotionnel peut souvent conduire à la dépression, à des conduites addictives et finalement à des problèmes de santé. Parfois, les personnes en souffrance ignorent tout de l’origine de leur mal-être. Pour faire face à ces instants difficiles, certaines d’entre elles nourrissent des espoirs insensés dans les promesses de pratiques issues de la psychologie positive. Des pratiques ayant tendance à balayer tout critère de gravité aux difficultés de vie que chacun peut trouver sur son chemin. Ces promesses peuvent reposer sur des solutions telles que la méditation (https://www.bloomingyou.fr/la-meditation-pour-les-nuls/), le contact avec la nature (https://www.bloomingyou.fr/quelles-sont-les-bienfaits-de-la-nature-sur-la-sante/) ou encore le lâcher-prise (https://www.bloomingyou.fr/comment-lacher-prise/). Mais dans quelle mesure sont-elles efficaces? Et si ce n’est pas le cas, quelle est la démarche adéquate pour soulager sa souffrance émotionnelle? Afin de mieux comprendre les mécanismes de la souffrance mentale, nous recevons Stéphanie Hahusseau, médecin psychiatre spécialiste des émotions et l’auteur de nombreux ouvrages dédiés aux émotions dont «Ne plus subir» et «Laisser vivre ses émotions» (Odile Jacob). Pour commencer, remontons d’abord aux origines de ces mécanismes pour comprendre comment ils s’activent.
Pour vous abonner à BloomingYou cliquer ici : https://m.audiomeans.fr/s/S-cGQrNfFn QUEL PREMIER BILAN ÉMETTRE DE LA CRISE SANITAIRE? LES LIMITES FRANCHIES AU NOM DE LA VIE À TOUT PRIX Le confinement, strict et imposé à tous, a-t-il fait plus de bien que de mal? Ou plus de mal que de bien? C’est une question légitime au regard des dégâts psychologiques subis par les jeunes ainsi que les tout-petits, et rapportés par de nombreux psychiatres dont Franck Nicolas. Au sacrifice de la jeunesse, s’additionnent les bouleversements sociologiques imputables à la distanciation sociale, et dont certains ont abouti à des ruptures anthropologiques. Cela a notamment été le cas en prohibant le droit d’accompagner ses proches dans la mort, ou la souffrance, comme nous l’apprenait la sociologue et politologue Anne Muxel . Si le confinement et les autres mesures instaurées par l’état d’urgence sanitaire (restriction des déplacements et pass vaccinal) semblent être aujourd’hui derrière nous, quel bilan émettre de ces décisions? Deux ans après la première vague, comment penser ces moyens choisis pour protéger les plus fragiles et l’accès aux soins ? Quelles sont les limites de la sauvegarde de la vie à tout prix? A ces préoccupations, s’ajoute le désinvestissement croissant des Français pour la vie démocratique comme l’ont encore récemment démontré les élections législatives (52% et 53% de taux d’abstention aux 1er et 2nd tours). De fait, la question se doit d’être posée : notre démocratie ne serait-elle pas en danger? RENCONTRE AVEC ABDENNOUR BIDAR, L’AUTEUR DE «DÉMOCRATIE EN DANGER» Afin de mieux comprendre l’état de notre démocratie, et les maux qui la rongent, nous recevons le philosophe Abdennour Bidar et l’auteur du récent essai «Démocratie en danger» (Les Liens qui Libèrent), où il s’interroge sur les évènements et décisions prises pendant la crise sanitaire. Normalien spécialiste des évolutions actuelles de l’islam et des mutations de la vie spirituelle dans le monde contemporain, Abdennour Bidar est également membre de l’Observatoire de la laïcité et haut fonctionnaire sur le sujet de la laïcité au ministère de l’Education nationale.
Pour vous abonner à BloomingYou cliquer ici : https://m.audiomeans.fr/s/S-cGQrNfFn Au fil des publications mettant en évidence les liens qui unissent l’esprit au corps, la médecine moderne intellectualise peu à peu la pertinence d’une approche holistique de la santé. Elle sait ainsi que les agressions verbales ou physiques et les remarques blessantes répétées influencent négativement le développement d’un enfant pouvant ainsi créer de sérieux troubles dans le développement de la personnalité à l’âge adulte. Toutefois, le fait que les maladies cardiovasculaires, les cancers ou les addictions soient la conséquence d’une enfance malheureuse ou d’un traumatisme passé reste encore de l’ordre de l’extraordinaire, pour ne pas dire du «farfelu». Et pourtant, pour certains professionnels de la santé, si prendre soin de notre corps est indéniablement important, reste que prendre soin de ce qu’il se passe dans notre tête l’est tout autant. Voire davantage. Où en est la recherche scientifique à propos des impacts sur le corps d’un esprit en souffrance? Pourquoi oublier le passé n’est pas si évident, voire impossible ? Que faire face à la souffrance vécue? Comment se réparer et se reconstruire ? Afin de mieux comprendre comment l’esprit impact la santé, nous recevons Cyril Tarquinio, professeur de psychologie clinique et psychologie de la santé à l'Université de Lorraine (Metz), directeur-fondateur du Centre Pierre Jane, et l’auteur de l’ouvrage «Les maladies ne tombent peut-être pas du ciel» (éditions Dunod).
Pour vous abonner à BloomingYou cliquer ici : https://m.audiomeans.fr/s/S-cGQrNfFn Comment les microbes ont-ils réhabilités ? Rencontre avec Geneviève Héry-Arnaud, professeur de bactériologie Considérés hier comme les principaux ennemis sanitaires de l’Homme, les microbes sont aujourd’hui élevés au rang d’amis et alliés grâce aux nombreuses recherches et études consacrées au microbiote. Il apparait ainsi qu’un microbiote intestinal d’aplomb est le socle d’une bonne santé et qu’un microbiote affaibli et déséquilibré (un état appelé dysbiose) fait le nid des maladies diverses et variées, aussi bien psychologiques que physiologiques. Par ailleurs, le microbiote intestinal n’est pas seul. Cohabitent avec lui d’autres microbiotes comme le microbiote bucco-dentaire, pulmonaire, cutané ou encore vaginal. Ces découvertes récentes, et loin d’être mineures, posent plusieurs questions: A quel point notre santé dépend-t-elle de nos microbiotes ? Comment ce nouveau regard sur les microbes révolutionne notre compréhension de la santé et de l’émergence des maladies ? Et ce faisant, comment la médecine va-t-elle évoluer, notamment dans son offre de soins ? Afin de mieux comprendre ces compagnons aussi minuscules qu’essentiels, nous recevons l’auteure de l’ouvrage «Ces microbes qui nous veulent du bien» (HumenSciences), Geneviève Héry-Arnaud, professeur de bactériologie, praticienne hospitalier au CHRU de Brest et chercheuse à l’Inserm.
Pour vous abonner à BloomingYou cliquer ici : https://m.audiomeans.fr/s/S-cGQrNfFn Leadership & neurosciences avec le professeur James Teboul Rares sont les époques où les chefs et les leaders se sont vus aussi ouvertement critiqués, et conjurés de changer, et où les managers se sont sentis aussi stressés et démotivés. Et ce, en dépit d’une offre abondante de séminaires de formation, d’ouvrages et d’articles universitaires consacrés au leadership. Sur Amazon, la recherche d’un livre consacré à ce sujet fait ainsi apparaitre plus de 100 000 résultats. Le constat reste identique: en dépit des effort, les résultats restent souvent décevants, et la fonction de chef et de leader a perdu de son prestige. Comment leaders et managers peuvent-ils conjurer le sort, évoluer et retrouver enfin un sens positifà leur fonction ? En comprenant mieux le fonctionnement de leur cerveau selon James Teboul, professeur à l'Insead et au Collège des ingénieurs, consultant et auteur de nombreux ouvrages consacrés à la prise de décision et à la gestion de changement dans l’entreprise, dont le récent «Le mirage du leadership à l’épreuve des neurosciences» (Odile Jacob) coécrit avec le professeur de neurologie Philippe Damier. Au sommaire de notre rencontre : 1. Que peuvent apporter les neurosciences aux leaders ? 2. Comment le cerveau empêche la prise de recul et le changement de leadership ? 3. De quels biais cognitifs le leader doit-il se méfier en priorité ? 4. Comment peut-on prendre conscience de ses biais cognitifs ? Pour écouter la version intégrale : https://www.bloomingyou.fr/leadership-les-neurosciences-au-secours-des-managers/ Bonne découverte ! Pour nous suivre : BloomingYou : https://www.bloomingyou.fr/ Instagram : https://www.instagram.com/bloomingyou_fr/ Linkedin : https://www.linkedin.com/company/bloomingyou/ Facebook : https://www.facebook.com/mybloomingyou
Pour vous abonner à BloomingYou cliquer ici : https://m.audiomeans.fr/s/S-cGQrNfFn Médecin généraliste et spécialisé en psychiatrie et soins palliatifs, Jean Becchio est également le fondateur d’un des premiers enseignements universitaires d’hypnose, et le président du CITAC, le Collège International des Techniques d’Activation de Conscience. Ses enseignements sont dispensés à l’université Paris-Orsay. Nous l’accueillons à l’occasion de la sortie de son dernier livre « Du nouveau dans l’hypnose, les techniques d’activation de conscience » paru chez Odile Jacob. On y apprend que loin d’être une technique issue du XIXème siècle, l’hypnose est un outil thérapeutique ancestral utilisée par les druides, les chamans, les conteurs et les hommes-médecine pour changer l’état de conscience de leurs visiteurs. Tantôt pour les aider à évoluer, tantôt pour les guérir. L’origine même du mot «hypnose» est antique. Il est issu du nom du dieu grec Hypnos qui pendant le sommeil fait son travail de soignant, répare, cicatrise, console et panse les plaies du corps de l’âme et de l’esprit. Dans l’histoire contemporaine, l’hypnose a longtemps été renvoyée au rang du spectacle et du divertissement, mais depuis les années 1980 elle est redevenue, discrètement, un outil thérapeutique validé par la science. Aujourd’hui encore, grâce aux découvertes constantes des neurosciences, l’hypnose ne cesse d’évoluer pour donner lieu aux TAC, les Techniques d’Activation de Conscience. Rendez-vous sur https://www.bloomingyou.fr/de-lhypnose-medicale-aux-techniques-dactivation-de-conscience/ pour découvrir l'intégralité de l'épisode