La Valeur De L'Homme

La Valeur De L'Homme

Podcast de La Valeur de l’Homme, émission de valorisation et d’actualité des sciences sociales, proposée et animée par Emmanuel Taïeb. A chaque numéro, un ou deux universitaires, essayistes, et journalistes viennent présenter un ouvrage ou une publication récente sur des sujets de société ou relatifs à la culture. Comme il n’y a pas que les romans dans la vie, pour comprendre le monde social, rien ne vaut le regard d’un spécialiste ! 

Saison 7 - Épisode 11 - 03/12/2022
Il serait faux de penser que la doctrine de l’extrême-droite se résume aux discours du Rassemblement national. Et il serait tout aussi erroné de penser que la doctrine de l’extrême droite est un bloc homogène sans évolution historique ni dissensions intellectuelles. Cette émission est pour nous l’occasion d’évoquer les doctrines et la culture de l’extrême droite. Celle qu’on connaît moins, mais qui fédère des groupes divers, fait sens pour eux, et vient alimenter les esprits et dynamiser la fachosphère. L’extrême droite a ses maîtres à penser, à commencer par l’inoxydable Alain de Benoist, qui alimente ce courant depuis 60 ans. Elle a aussi sa culture ou plutôt sa « sub-culture », comme on dit aux États-Unis, pour désigner des systèmes cohérents de savoirs et d’idées, mais qui se tiennent dans les marges. Cette sub-culture est bien connue pour son complotisme permanent, mais on y trouve aussi un intérêt fort pour l’ésotérisme et l’occultisme, pour le paganisme des Celtes et des peuples nordiques, pour un sacré qui ne doit rien aux monothéismes, pour la prétendue race blanche, et pour la défense de la tradition ancestrale contre la modernité. Cet univers culturel est constitué de livres, de fanzines, de librairies underground, de colloques et des sites web-bien sûr, mais aussi de groupes de rock, de concerts ou de street art. L’extrême-droite contemporaine se veut donc elle aussi absolument avant-gardiste, régionaliste et même écologiste. A la différence de la pop-culture, la sub-culture de l’extrême droite a clairement une vocation programmatique et politique. Toute son élaboration ne vise qu’à en faire la culture hégémonique, une fois que l’extrême droite aura pris le pouvoir et écrasé tout pluralisme culturel et politique. Elle est donc intéressante – et inquiétante – à ce titre, car elle dit littéralement à quoi pense l’extrême droite. C’est une idéologie qui a pris une nouvelle forme, plus facilement partageable et acceptable, qui se renouvelle un peu, mais qui reprend aussi nombre de thèmes anciens, comme ceux d’une France ethniquement homogène et d’un développement séparé des peuples.
Saison 7 - Épisode 10 - 05/11/2022
Au Mexique, les règlements de compte lié au trafic de drogues ont fait plusieurs dizaines voire centaines de milliers de morts et de disparus ces 15 dernières années. La chronique rapporte aussi l’assassinat de journalistes, de bloggueurs, d’étudiants ou de policiers, par les cartels. Tandis que dans-cette-lutte-contre la drogue, la violence arbitraire de la police, et sa corruption, sont régulièrement dénoncées. Il règne dans ce pays un climat de guerre et de terreur que rien ne semble devoir apaiser. A partir de ce tableau général, il est possible de réduire la focale et de s’intéresser à l’état du Sinaloa, au nord-ouest du Mexique, et en particulier au village de Badiraguato, 32 000 habitants, où se firent connaître deux barons de la Drogue : El Chapo Guzman, arrêté en 2016, et Rafal Caro Quintero arrêté, lui, en juillet 2022. A Badiraguato, on cultive le pavot et la marijuana, dans des endroits difficiles d’accès ; on ruse avec l’armée qui vient brûler les récoltes ; on rend des comptes aux propriétaires des terres ; on vit sous la menace de l’enlèvement, quand on est une femme, pour être mariée de force, et sous la menace des balles des gangs ou de la police. Dans cette atmosphère de violence omniprésente, tout est compliqué : on se déplace avec précaution, on surveille son langage et son comportement, et on doit bien sûr maîtriser les codes sociaux pour ne pas froisser les puissants et s’assurer quelques protections. Mais la mort reste omniprésente, et fait étrangement l’objet d’interprétations très minimisantes. C’est un endroit où un système très féodal se conjugue avec le nouveau capitalisme mondialisé, celui où les opioïdes et l’héroïne alimentent des marchés colossaux. Un endroit où la ressource que constitue le pavot ne permet pas réellement d’échapper à la domination et à la pauvreté. Tout le monde est vulnérable à Badiraguato. Notamment les petits paysans qui sont sous la coupe des grands propriétaires terriens, mais aussi des autorités mexicaines qui favorisent les producteurs au détriment des cultivateurs. Tout cela invite à aller voir de plus près les manières de vivre, de parler, de se déplacer, de travailler et de mourir dans le Mexique d’aujourd’hui.
Saison 7 - Épisode 9 - 01/10/2022
La période contemporaine est marquée par la conquête permanente de nouvelles frontières du vivant : depuis les bébés-éprouvettes, on sait désormais couper et remplacer des portions d’ADN, congeler des gamètes, ou produire un enfant à partir de trois donneurs. On sait pratiquer une médecine régénératrice et faire de l’ingénierie génétique. Si ces manipulations et ces techniques posent des problèmes bioéthiques, elles produisent surtout de nouveaux objets du vivant. Des « bio-objets » dont le statut n’est ni celui d’une chose, ni tout à fait celui d’un être vivant. Des êtres hybrides donc, qui nous environnent, et qui sont investis de nombreuses attentes médicales, de la naissance d’un enfant, désormais classique, à la greffe de peau de synthèse. Mon invitée, Céline Lafontaine, désigne comme « bio-objets » les cellules, les bactéries-in vitro, les gamètes prêtes à être implantées, les cellules souches, les tissus, le sang du cordon ombilical, ou encore les OGM. Car la technique permet désormais de cultiver la vie biologique, de l’apprivoiser, de la mettre en suspens pour une utilisation future. On a par exemple beaucoup entendu parler de ces femmes qui donnent la priorité à leur vie professionnelle et font congeler leurs ovocytes, afin d’être maitresses de leur temps et d’enfanter quand elles l’auront choisi. Les bio-objets ont en fait cette faculté d’être cryo-génisables, conservés artificiellement, et de retrouver une vitalité et une croissance au moment de leur emploi. Ils sont aussi duplicables, modifiables, voire imprimables à volonté ! Ce sont en fait des objets bio-technologiques, qui se tiennent à la frontière de la recherche, de la technique et de l’espoir médical. Car ils s’inscrivent sur l’horizon d’une disparition de la maladie et du vieillissement. L’investissement qu’ils connaissent repose, quant à lui, sur l’idée que la valeur thérapeutique rime avec la valeur économique. Que disent ces bio-objets de notre rapport au vivant, et de quoi sont-ils la promesse ? normalisent les images de la nudité et rappellent à quel point elles relèvent des sensations et de l’intime.
Saison 7 - Épisode 8 - 03/09/2022
Dork Zabunyan, Maître de conférences en études cinématographiques. Vu d’Europe, Donald Trump a incarné ce qui peut se faire de pire en politique : un ploutocrate venu du monde des affaires, un incompétent notoire, un populiste, un ennemi de la démocratie et des minorités, qui a fait entrer l’Amérique dans l’ère des fake news et du conspirationnisme au plus haut niveau de l’État. Trump a aussi été perçu comme un maître des réseaux sociaux, dont les mots et les réactions incontrôlées ont alimenté des scandales permanents. Mais ce portrait est très incomplet, car il oublie que Donald Trump est d’abord un homme d’images. Et c’est par les images qu’il est connu aux États-Unis, avant même d’être élu président. Trump a une présence médiatique ininterrompue depuis près de 20 ans, et a eu sa propre émission de télé-réalité – The Apprentice – pendant des années, dans laquelle il jouait son propre rôle, faisait triompher sa violence managériale, ponctuant les éliminations de candidats d’un légendaire « Vous êtes viré ! ». La victoire électorale de Trump ne peut donc se comprendre que dans la circulation des images qui l’ont permise. Il n’est pas tout à fait le premier à avoir subverti la télévision, et on pourra penser à un Berlusconi en Italie. A Ronald Reagan aussi, dans une moindre mesure. Des hommes dont l’entrée en politique semble se faire par un glissement de la familiarité médiatique vers le pouvoir. Des hommes surtout qui, véritablement, inventent de nouvelles formes audiovisuelles, auxquelles il faut être attentif. Car ce sont de nouvelles images du pouvoir. Celles qui mêlent politique et divertissement, celles qui le transforment en une marque, et celles qui lui confèrent une ubiquité interventionniste permanente. Celles au fond qui transforment le réel en fiction. Si l’on veut comprendre comment la démocratie peut céder sous le poids politiques de certaines images, en apparence anodines, il faut étudier les images de Trump qui ont circulé avant, pendant et après sa présidence. C’est ce que nous allons voir avec mon invité, Dork Zabunyan.
Saison 7 - Épisode 7 - 04/06/2022
Quand HBO réinvente la nudité. Benjamin Campion, spécialiste du cinéma et des séries. La chaine américaine HBO s’est emparé de la nudité pour déjouer les limites habituelles de sa monstration. Cette chaine câblée a pour spécificité d’échapper à la censure qui pèse ce qu’on appelle les networks. Ce statut à part lui permet de proposer des séries innovantes, tant du point de vue de leurs personnages, de leurs thématiques que de celui de la sexualité qui y est visible. On doit ainsi à HBO des séries aussi connues et marquantes que Sex and the City, Girls, Euphoria ou Game of Thrones. En tout cas pour le sujet qui nous intéresse… Ces séries, et d’autres, ont frappé les spectateurs par l’apparition de corps dénudés et d’actes sexuels disons « explicites », pour reprendre le mot américain. Certains ont d’ailleurs tôt fait de dénoncer des formes de voyeurisme, de triomphe du « male gaze », d’obscénité, voire de pornographie. Or ce que montre mon invité, Benjamin Campion, c’est que c’est exactement le contraire qui se joue dans les productions HBO. Les séries HBO qui se confrontent à la question de la sexualité le font précisément en inventant de nouvelles images qui s’éloignent des standards de la pornographie. Surtout, ces nouvelles manières de filmer les corps dénudés est entièrement au service de la narration. La nudité n’y est donc jamais « gratuite », mais se veut toujours porteuse d’un propos, d’une description, d’un moment du récit qui ne peut passer que par cette forme. La nudité la plus crue n’est d’ailleurs souvent pas frontale, mais diffusée sous la forme d’images que les protagonistes regardent, et donc mise à distance et pensée. En pratique, donc, les séries HBO montrent la nudité avec mesure, jamais en gros plans par exemple, mais sans l’éluder non plus par des fondus pudiques ; avec plausibilité et réflexivité aussi, pour justement ne pas tomber dans la pornographie et plutôt en subvertir les codes. En filmant la sexualité autrement que ne le fait le cinéma porno, les séries HBO normalisent les images de la nudité et rappellent à quel point elles relèvent des sensations et de l’intime.
Saison 7 - Épisode 6 - 07/05/2022
L’invasion de l’Ukraine par la Russie, et la litanie des points chauds du globe, de la Syrie au Yémen en passant par le conflit israélo-arabe ou les tensions entre l’Inde et le Pakistan – laissent penser que les relations internationales sont toujours teintées de violence. La phrase attribuée à De Gaulle : « Les États n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. » vient parachever cette vision pessimiste des relations internationales. Pour autant, l’état du monde n’est pas qu’une guerre généralisée. Surtout, en tendant un peu l’oreille, on peut entendre une autre ligne de basse : les diplomates se parlent, les États se parlent, siègent dans des organisations internationales, se montrent solidaires les uns des autres en cas de coup dur. Entre la force et le droit, il y a une étiquette dans les rapports étatiques, qui prévient la nuisance gratuite et qui valorise la réciprocité et la reconnaissance de l’autre. Il y a donc une autre musique internationale, qui est celle de la bienveillance. Une disposition à se tourner vers l’autre, une règle de conduite visant à apaiser les rapports, et finalement une attention à autrui. Les acteurs de cette bienveillance sont les États, qui de plus en plus ont compris l’importance d’un climat de confiance entre eux, l’importance d’un désarmement et d’une entraide mondialisée. Ses acteurs en sont aussi des ONG dont c’est l’objet-même, par exemple celles qui s’occupent d’humanitaire, de protection du patrimoine ou de la nature. Mais on trouve également des individus, agissant sur des questions internationales, comme l’aide aux migrants par exemple. Ces mêmes individus peuvent être au cœur de la protection d’un droit international qui se préoccupe de plus en plus d’eux, notamment s’ils vivent dans des régimes autoritaires. La bienveillance est enfin une philosophie, celle du solidarisme théorisé par Léon Bourgeois, ou celle d’une civilisation des mœurs internationales au sens de Norbert Elias, qui pourrait s’incarner dans un multilatéralisme à vocation sociale.
Saison 6 - Épisode 13 - 02/04/2022
Emmanuel Taïeb reçoit le politisteLaurent Godmer, pour un échange autour de son livreLe travail électoral. Ethnographie d’une campagne à Paris (L’Harmattan, 2021). L’expression « campagne électorale » est souvent employée de manière vague pour désigner le moment qui précède l’élection. Si chacun sait qu’il s’agit d’un temps de haute intensité, on ignore souvent ce qui s’y passe concrètement. En pratique, il s’agit d’un rituel très codifié, que les professionnels de la politique ont appris à suivre. Car on le sait, il se joue mille coups politiques pendant la campagne : la désignation des têtes de listes, lors d’une élection municipale, le placement en position éligible ou non, l’élimination des uns et des autres, et bien sûr toute l’activité de contacts avec les électeurs. Le « travail électoral » concerne donc aussi bien l’appareil partisan en interne que l’obtention des votes en externe. Les candidats doivent s’ancrer localement, légitimer leur statut, éliminer les alliés encombrants ou ceux qui briguaient la tête de liste, gérer les médias, et quand même préparer un programme et le présenter publiquement aux électeurs. Mais faire campagne requiert aussi des savoir-faire, ceux qui caractérisent les professionnels. Il faut maîtriser les pratiques, la gestion du porte-à-porte comme celle équipes concurrentes, la routine qu’on n’interroge plus comme les incidents qui surgissent à l’improviste. Il faut savoir rassembler son camp puis rassembler ses électeurs. Jouer avec la direction du parti mais aussi, individuellement, avec ses caciques, et soutenir le bon cheval lors des échéances nationales. Il faut occuper le terrain, physiquement et médiatiquement, notamment dans l’incontournable activité de tractage sur les marchés ! Selon l’élection l’ampleur de la campagne varie, mais les élections municipales offrent un point de vue incomparable sur des fonctionnements peu connus. A taille humaine, personnifiée et personnalisée, elle permet de voir le rituel dans toutes ses étapes et d’en déplier la temporalité propre. En route pour une promenade politique à travers le 5e arrondissement de Paris !
Saison 6 - Épisode 11 - 02/04/2022
Emmanuel Taïeb reçoit la politiste Vanessa Jérome, qui vient de publier Militer chez les Verts (Presses de Sciences Po, 2021). Les formations partisanes écologistes se sont considérablement professionnalisées ces vingt dernières années. Au point de devenir une force politique crédible, qui a réussi à obtenir plusieurs ministères et qui a conquit plusieurs villes d’importance, comme Lyon et Bordeaux, sans oublier la ville pionnière, Grenoble. Europe-Ecologie-les-Verts s’est considérablement structuré, proposant à ses membres des formations, et leur garantissant désormais une carrière interne dans le parti et une possible carrière élective. Ce parti a réussi à intégrer des militants venant d’horizons très divers, et a théorisé les meilleurs échelons pour s’aguerrir. Mais la professionnalisation politique ne se fait pas sans frictions, car elle reste perçue comme synonyme de compromissions et de trahisons pour certains militants écologistes. Des exemples récents illustrent bien cette ambivalence : Cécile Duflot démissionne du Ministère de l’Égalité du gouvernement Ayrault après 22 mois d’exercice, et Nicolas Hulot quitte le Ministère de la Transition écologique au bout de 15 mois. En revanche, quand Emmanuelle Cosse rejoint le Ministère du Logement du gouvernement Valls, c’est elle qui est immédiatement exclue du parti. L’exercice du pouvoir reste la marche que les Verts ont le plus de mal à monter. Les cadres écologistes conservent en effet un habitus minoritaire, qui les voit parfois se replier sur eux-mêmes, diaboliser la politique, mais aussi être attaqués sur la cohérence entre ce qu’ils défendent et leur mode de vie personnel. Cet habitus fait cependant tenir le parti et renforce l’engagement collectif. Alors, qu’est-ce qu’être une femme ou un homme politique professionnel de l’écologie ?
Saison 6 - Épisode 11 - 02/04/2022
Invités : Sébastien Dalgalarrondo&Tristan Fournier, auteurs deL’Utopie sauvage. Enquête sur notre irrépressible besoin de nature(Les Arènes, 2021). Notre époque a ouvert plusieurs fronts pour placer la nature au cœur du débat public. Un front central qui fait de la ville saturée et polluée le lieu même du combat pour la diminution des voitures thermiques, pour des circulations douces, pour sa réappropriation par les piétons, et surtout pour sa reconnexion avec la nature. Le désir aussi de renouer avec la nature se niche tout autant dans le développement des AMAP que dans la volonté de végétaliser la ville, dans la défense des animaux comme dans la lutte contre un capitalisme aveugle. L’épidémie de Covid-19 est venue parachever la critique d’un certain mode de vie occidental avec lequel il faudrait rompre d’urgence. Et les confinements ont été marqués par la disparition des agressions sonores, des foules de travailleurs dans les transports, et l’apparition d’un temps pour soi. Un autre front en faveur de la nature se tient dans la redécouverte éclairée de la faune et de la flore qui nous entourent, la redécouverte de cent plantes comestibles ignorées, et la réappropriation de savoirs oubliés qui n’ont plus été transmis. Comme si les hommes et les femmes des villes se sentaient désormais coupés de terroirs et de savoir-faire qui leur paraissent maintenant importants. Le dernier front est partisan. Aux dernières élections européennes, on comptait deux listes écologistes, un parti animaliste et un parti de la décroissance. L’écologie politique se veut de moins en moins une perspective marginale, mais bien une solution crédible pour un avenir que les collapsologues et les rapports inquiétants du GIEC prédisent apocalyptique. Comment lire ce désir de nature ?
Saison 6 - Épisode 11 - 02/04/2022
Emmanuel Taïeb reçoit la critique ciné Juliette Goffart, pour un échange autour de son livre David Fincher, l’obsession du mal (Marest éditeur, 2021). Seven, Fight Club, The Social Network, Benjamin Button, House of Cards… Toutes ces fictions ont en commun un même cinéaste, David Fincher. Après être passé par les effets spéciaux et par le clip, David Fincher rejoint à Hollywood la petite famille des réalisateurs à succès. Non sans quelques difficultés avec Alien3, son premier film, sur lequel il n’a pas le final cut. Mais dès ce moment, il va réussir à développer une oeuvre singulière, tournant autour de quelques obsessions et quelques figures, comme celles des serial killers. Dans le cinéma de David Fincher, les personnages marquent autant que les ambiances. C’est le propre des films dérangeants que de se déposer longtemps après leur visionnage, et d’être associés à des images fortes, comme cette scène dans le désert à la fin de Seven, ou le visage de Marc Zuckerberg rechargeant indéfiniment sa page Facebook pour voir si la femme qu’il a perdue le demande comme ami. Le réel dysfonctionne chez ce cinéaste. Il semble palpable, mais il se dérobe ; il est un immense faux-semblant, une immense supercherie sortie d’un cerveau malade Fincher met en scène des mises en scène, jamais très loin de Hitchcock, de Brian de Palma, voire de Christopher Nolan. Pour Fincher, doubler la fiction dans la fiction permet d’accéder à un autre pan du réel, celui qui s’agite dans les esprits et celui qui ouvre vers le Mal. C’est cette schizophrénie originelle qui autorise à s’attarder sur les rituels meurtriers et les huis-clos étouffants. C’est ce trouble entre le réel et la fiction, l’exploration de psychés malades qui voient et diffusent des signes partout, qui ont rendu cultes plusieurs de ses films. David Fincher est un obsessionnel du Mal, qu’il filme frontalement, mais dont il montre aussi la dissémination dans une Amérique qui rend fous ceux qui la peuplent.
Saison 6 - Épisode 10 - 02/04/2022
Emmanuel Taïeb reçoit le chercheur Marc Hecker, co-auteur avec Elie Tenenbaum de La Guerre de vingt ans. Djihadisme et contre-terrorisme au XXIe siècle (Robert Laffont, 2021). Le 21 janvier 2021 à Bagdad, un double attentat à la ceinture d’explosifs fait 32 morts sur une place de marché. C’est un attentat qui n’a pas de nom et qui ne restera peut-être pas dans l’histoire. C’est pourtant l’attentat le plus meurtrier de ces trois dernières années. Il a été attribué à Daech. Et il s’inscrit dans la longue litanie de la violence djihadiste, dont l’attaque contre les tours du World Trade Center le 11-Septembre 2001 marque le commencement. La fin de la Guerre froide a en effet été le début d’une autre guerre globale, beaucoup plus « chaude » ; celle que les mouvements djihadistes déclarent aux pays qui les ont vu naître et à l’Occident tout entier. Tandis qu’en réponse les États-Unis et l’Europe lancent une « guerre contre le terrorisme », qui parfois dit son nom et parfois le cache, mais avec des modalités différentes, et qui en tout cas remettent la question de la sécurité au cœur des débats politiques. Si l’intégrisme religieux et la radicalisation politique sont anciens, le djihadisme comme doctrine irréductiblement religieuse et politique, a ceci de nouveau qu’il a essaimé sur toute la planète. Les Talibans en Afghanistan, Al-Qaïda au Moyen Orient, Al-Quaïda au Maghreb islamique, puis Daech, l’Etat islamique, ou Boko Haram en Afrique subsaharienne. Tous ces groupes ont théorisé l’action violente, et comptent bien déstabiliser les pays ennemis par les armes. Même si désormais l’espoir d’instaurer un califat s’évapore, le recours au terrorisme persiste. Souvent le fait de ceux qu’on appelle des « homegrown terrorists », nés dans le pays qu’ils prennent pour cible, après un entraînement dans la zone syro-irakienne. En France, les attentats contre Charlie Hebdo, l’Hypercacher, contre les passants de la promenade des Anglais à Nice, et bien sûr les attaques du 13 novembre 2015, s’inscrivent dans cette offensive djihadiste mondiale. Pour rompre avec les analyses très générales du djihadisme, et les querelles idéologiques indécidables, il faut revenir aux faits et c’est ce qu’entreprend mon invité Marc Hecker, dans une livre qu’il vient de co-signer sur le sujet.
Saison 7 - Épisode 5 - 02/04/2022
Invité : Sylvain Delouvée, qui a co-écrit avec Sebastian Dieguez, Le complotisme - Cognition, culture, société (éd.Mardaga) Le complotisme est un phénomène protéiforme, plus ancien qu’il n’y paraît. Parce que la figure du citoyen-détective qui découvre une vérité cachée, est une figure qu’on trouve dans la littérature dès le début du 20esiècle. Le complotisme touche en tout cas à la crédulité, à la désinformation, à la psychologie du raisonnement, et voyage: de la terre plate au trafic d’enfants. Le complotisme est composite. Il mute selon les époques et les enjeux. Si son fond antisémite est toujours bien présent, on voit à l’inverse que la passion pour les ovnis, par exemple, est maintenant passée de mode. Aujourd’hui, le complot dénoncé est celui d’élites malfaisantes qui voudraient confisquer le pouvoir, vacciner et contrôler les populations. Pour autant, le complotisme n’est pas une simple critique des banques ou du capitalisme, car il s’agit avant tout d’un imaginaire particulier. Le complotisme ne sert pas à identifier des complots de manière sérieuse: il sert à décréter qu’il y a un complot, sans avoir besoin d’enquêter plus avant. Les puissances dénoncées sont tellement secrètes qu’on ne les verra jamais. Ce qui compte c’est la théorie du complot elle-même, l’accusation, l’entrée dans un sociabilité parallèle d’initiés. L’accusation de comploter ne disparaît d’ailleurs pas, même des années après avoir été lancée, et même en l’absence de preuves. Le complotisme a fini par devenir un phénomène propre à la culture de masse. Mais une telle diffusion n’est pas sans effet. Entre ceux qui sont complaisants à l’égard du conspirationnisme et les complotistes bien décidés à passer à l’action, parfois violente, on mesure tout le danger démocratique que peut représenter l’imaginaire du complot.
Saison 6 - Épisode 10 - 02/04/2022
Emmanuel Taïeb reçoit les politistes Cédric Passard, co-directeur avec Denis Ramond de De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression (éd. du CNRS, 2021) et Paul Zawadzki, co-directeur avec Frédéric Gugelot de Rire sans foi ni loi ? Rire des dieux, rire avec les dieux (Hermann, 2021) Le pluriel devrait être de mise lorsqu’on parle du rire. Car tout sépare le rire d’émancipation du rire de mépris; et l’humour inclusif de celui qui charrie un message de haine. Les sources même du rire sont innombrables : gravure, dessin de presse, libelle, pamphlet, marionnettes, vidéos parodiques, chansons détournées ou fausses pubs. Ses formes aussi : la dérision, le sarcasme, la moquerie. De Daumier à Cabu, la caricature se confond même historiquement avec la naissance de la presse et avec la critique des élus. Parmi les variétés du rire, il y a désormais le rire brisé, celui qui a été fracassé par les kalachnikovs un matin de janvier 2015, quand la rédaction de Charlie Hebdo a été assassinée. Il semble depuis qu’un pacte tacite ait été rompu, et qu’on intime aux dessinateurs et aux humoristes de ne plus aborder certains thèmes, ou même de se taire. La dénonciation politique de l’humour, et le tribunal populaire des réseaux sociaux entendent fabriquer des censures, qui rendent couteux l’usage de la liberté d’expression. Rire et faire rire est devenu risqué. Un risque existentiel même. Mais les offensés ne voient le rire qu’au singulier. Ils ne raisonnent plus qu’en termes de blasphème, de trauma et d’atteinte à la liberté de croyance. Les offensés sont offensifs, et les humoristes sont désarmés. A force de dire qu’on ne peut plus rire de tout, on en arrive à le plus rire du tout. Ce serait oublier pourtant que le rire et la satire sont éminemment démocratiques. Ils participent de l’autonomie de la société civile, et de sa bonne santé critique. Celle qui s’en prend aux gouvernants, aux religions instituées, aux dogmes et bien sûr aux intégrismes. La caricature fait peur aux puritains et aux régimes autoritaires, car elle rappelle que le roi est nu. C’est précisément cette fonction critique qui nous invite à rire encore et toujours !
Saison 6 - Épisode 9 - 02/04/2022
Emmanuel Taïeb reçoit l’anthropologue et historien Julien d’Huy, pour un échange autour de son livre Cosmogonies. La préhistoire des mythes (La Découverte, 2020). On les a dits «fondateurs» ou «nationaux», mais les mythes ne se laissent pas enfermer dans des frontières. Ils ne servent pas qu’à légitimer des entreprises politiques. Car comment expliquer sinon que du fin fond de la Sibérie à la pointe de l’Europe, en passant par les Amériques, plusieurs grands mythes humains ont comme un «air de famille»? Pour le comprendre, il faut rompre avec l’idée que les mythes ne seraient que des récits légendaires qu’il faudrait à tout prix déconstruire. Au contraire, les prendre au sérieux reste la meilleure manière de les saisir comme phénomènes sociaux. De Claude Lévi-Strauss à Youri Berezkin, l’anthropologie est là pour rappeler que l’étude des mythes doit dépasser le nationalisme méthodologique. Car c’est bien le monde qui est leur échelle véritable; si l’on comprend les mythes comme des manières de lui donner sens. Ils sont tout à la fois des narrations, des explications, des théories, des croyances, mais aussi des bornes historiques et pré-historiques. Suivre les évolutions de certains mythes, c’est suivre en fait des déplacements de population très anciens à la surface du globe. Chaque fois que les récits épiques se recomposent, s’épuisent ou renaissent, ils délivrent les traces de l’histoire du peuplement. A partir de la convergence de grandes thématiques, il devient ainsi possible de dessiner une arborescence des mythes, qui dit quelque chose de leur parcours, des peuples qui les ont transportés avec eux, et du sens qu’ils charrient. On peut donc relire les mythes à l’aune de la statistique, plus que de la sémiologie, ou à l’aune de l’évolution comme le font les biologistes, pour en retrouver les branches les plus cachées. Analyser le grand arbre des mythes c’est remonter à ses racines profondes qui sont celles de l’humanité.
Saison 7 - Épisode 4 - 07/03/2022
Aaron Sorkin est un créateur touche-à-tout : scénariste, producteur, dramaturge et réalisateur. Peu connu en France, il est considéré aux États-Unis comme un des grands créateurs de sa génération. S’il fallait le resituer en deux œuvres célèbres, on pourrait rappeler qu’il a été le showrunner de la série A la Maison-Blanche, pour ses quatre premières saisons, et le scénariste du film de David Fincher sur Mark Zuckerberg : The Social Network. L’œuvre d’Aaron Sorkin est marquée par une forme d’idéalisme ou de romantisme, écrivant pour ses personnages des dialogues où ils ont une haute idée de leur métier, des valeurs qu’il faut défendre, par exemple les valeurs démocratiques, et une haute idée du collectif et de ses ressources. Le principe cardinal chez Sorkin est qu’il faut toujours élever le niveau de ce qu’on fait, aller vers le plus exigeant et le plus difficile Et Sorkin se l’applique à lui-même en visant l’intelligence et la culture du spectateur dans tout ce qu’il produit. Toutes les séries qu’il a écrites se déroulent dans un univers professionnel toujours sous pression, par exemple des journalistes dans leur salle de rédaction ou le staff du président dans à la Maison-Blanche. Très souvent il s’agit d’univers clos, où l’urgence est permanente et où le rythme trépidant de l’activité est rendu dans des dialogues qui fusent. Sorkin ne sait pas écrire des scènes d’action ; il le dit lui-même. Mais il est une dialoguiste hors-pair, car c’est par les dialogues qu’il fait passer les enjeux narratifs, les arguments et nombre de références culturelles ou politiques qui ancrent ses personnages dans des filiations précises. Parmi ces filiations se trouvent celle qui fait de l’Amérique le lieu où l’inventivité et la conviction doivent pouvoir triompher du conformisme et des pesanteurs. Il n’est dès lors pas étonnant de voir Aaron Sorkin filmer des procès, des salles de presse et bien sûr le cœur même du pouvoir et de la démocratie.
Saison 7 - Épisode 3 - 15/02/2022
Emmanuel Taïeb reçoit la journaliste ciné Pauline Guedj pour évoquer son livre Steven Soderbergh, anatomie des fluides, sorti chez Playlist Society en 2021. Steven Soderbergh est cinéaste insaisissable et prolifique, qui alterne des films calibrés pour le grand public, par exempleErin BrockovichouOcean’s Elevenet des films plus artisanaux et moins connus. Comme si à tous les stades de sa carrière, Soderbergh devait vérifier qu’il était capable d’apprendre et de rester connecté à l’essence même de la création artistique. Soderbergh est, à sa manière, un cinéaste expérimental. Le méconnuKafka, avec Jérémy Irons, flirte avec l’expressionnisme, et dans d’autres long-métrages il s’agira de revisiter le film noir, le film d’action, de jouer avec le montage et les filtres. Par exemple dansTraffic, dont la lumière couleur sable est la marque de fabrique reconnaissable. A chaque projet, la préoccupation de Soderbergh est de « faire cinéma » à partir d’une histoire, de penser une esthétique au service d’un scénario, et de faire de chaque film une expérience unique. Il embrasse toutes les technologies à partir du moment où elles servent la cinématographie. Il se fait homme-orchestre, contrôlant à la fois la lumière et le montage. Il se fait aussi producteur pour accompagner les projets de ses amis, de Todd Haynes à Christopher Nolan, à leurs débuts. Il filme des scénarios originaux, mais n’hésite pas aussi à faire des remakes ou à tourner des documentaires. Tout cela fait de Steven Soderbergh un « auteur », un des derniers auteurs à Hollywood, tant l’industrie du cinéma semble s’être perdue dans la production de blockbusters interchangeables. Steven Soderbergh est un cinéaste de la fluidité, écrit Pauline Guedj : plutôt que de rester cramponné à une technologie ou à une forme, à un propos ou à un thème, il évolue avec chaque film, et se réinvente. Fluidité donc de sa trajectoire de réalisateur, de son approche, de ses modèles esthétiques, et même de sa capacité à se projeter lui-même. Il annonce ainsi régulièrement qu’il ne tournera plus, mais se lance ensuite dans des entreprises colossales. On pensera ici à la magnifique sérieThe Knick, sur un hôpital new-yorkais du début du XXe siècle.
Saison 6 - Épisode 7 - 29/03/2021
Invité : Jean-Louis Fabiani, auteur de Clint Eastwood (La Découverte, 2020) L’œuvre de Clint Eastwood a longtemps échappé aux assignations esthétiques et politiques généralisantes. Jugé réalisateur et acteur mineur à ses débuts, ou policier « fasciste » dans la série des Dirty Harry, il va, au fil de sa carrière exceptionnelle, être consacré comme « auteur » par la critique, et incarner l’Amérique post-raciale et la déconstruction du masculinisme traditionnel d’Hollywood. Tout cela sans que l’homme Clint Eastwood ne semble changer d’un iota, toujours libertarien et supporter du Parti républicain. Par quel tour de force le cinéma de Clint Eastwood peut-il provoquer tant de lectures contraires ? La réponse tient dans l’analyse sociologique de ses ambiguïtés que propose Jean-Louis Fabiani. Il faut ainsi rappeler sa volonté d’indépendance, qui l’a conduit à faire le pari d’aller tourner en Italie des western spaghetti, parce que sa carrière d’acteur ne décollait pas, à monter sa propre société de production, Malpaso, qui lui assure un contrôle quasi total de ses films, et bien sûr à se lancer tardivement dans la réalisation. Cinéaste du récit, qui n’entend pas révolutionner les formes de la mise en scène, Clint Eastwood propose à l’Amérique un miroir inédit, où les questions du genre et de la race sont en même temps convoquées et congédiées. Le monde social de ses films est bien celui d’aujourd’hui, mais les personnages incarnés par Eastwood le regardent avec une ironie critique, et dans le refus de toute idéologie. Le propos d’Eastwood n’est ni masculiniste ni féministe, ni racialiste ni post-racial. Tout se joue ailleurs, dans le triomphe de la morale, de l’amitié, de la transmission, souvent dans la dénonciation de la violence, laissant ouvertes toutes les interprétations sur son cinéma.