Relations

Aurélie Sutter

Ce podcast donne la parole à celles et ceux qui ouvrent le champ des possibles, pour une société plus solidaire et respectueuse de soi, des autres et du Vivant en général.Des rencontres inspirantes pour s'engager dans la transition écologique, économique et sociale à l'échelle de son territoire et de ce qui fait sens, pour chacun d'entre nous.

Et voilà, clap de fin des rediff' de l'été... et de la première saison du podcast ! Pour finir, un épisode que je pourrais résumer de "soupe minestrone", puisqu'il rassemble des tas d'ingrédients qui font partie de mon parcours : Montreuil (Lamazuna a fait ses débuts là-bas, j'y ai vécu quelques années), la Drôme (à 3 ans d'intervalle, j'ai fait le même parcours que Laëtitia et toute l'équipe : bye bye Montreuil, bonjour la Drôme !), la stratégie d'entreprise, le zéro déchet, l'alimentation... En bref, j'ai adoré interviewer Laëtitia Van de Walle, aux pieds du Vercors, sur la terrasse de la tiny house devant les locaux de l'entreprise, qui n'avait alors pas encore déménagé dans le nouvel écolieu juste à côté. Nous étions en février 2022, la terrasse était baignée de soleil et tout était doux, dans ce moment d'échange. Cet écolieu, avec un potager pour produire sur place la nourriture consommée le midi par les salariés de l'entreprise, c'était le rêve de Laëtitia depuis de nombreuses années. C'était même ce projet qui l'avait poussée à déménager son entreprise dans la Drôme, au cœur du petit village de Marches. Dans cet épisode, Laëtitia nous parle notamment de la crise que traversent les entreprises du bio et du vrac depuis plusieurs mois, et qui a contraint Lamazuna à se séparer pour la première fois d'une dizaine de personnes à la fin de l'année 2021. Elle nous parle également de l'écolieu qui ouvrira ses portes quelques mois plus tard, à l'été 2022, ainsi que de la responsabilité des entreprises dans la crise écologique. Je vous laisse avec Laëtitia, et je vous souhaite une belle journée d'été, car oui, il n'est pas encore trop tard pour cette dernière rediff' estivale - nous avons encore quelques jours devant nous avant l'arrivée de l'automne, qui marquera le démarrage de nouveaux projets... Je vous en dis plus très vite ! *** Pour suivre l'actualité du podcast, rdv sur le compte Instagram dédié : https://www.instagram.com/relations_podcast/
"Dans beaucoup de villages et petites villes, les vitrines vides et les rideaux de fers sont baissés. Dans les villages, quand un café, une boulangerie ou une épicerie s’en va,ce sont des services quotidiens et du vivre ensemble qui disparaissent.Pourtant,des initiatives ingénieuses émergent un peu partout.Une usine en friche ? Voilà un Tiers-Lieu pour 50 personnes! Là une micro-crèche, ici un atelier de réparation de vélo ou une ressourcerie. [...]Ces nouvelles boutiques de proximité, souvent issues de l'Economie Sociale et Solidaire, sont avant toutà la recherche d'un impact social.Le café ou le Tiers-Lieu ne déménageront jamais dans une zone commerciale pour augmenter leur clientèle." L'argent militant Pour soutenir ces projets, Villages Vivants veut rendre l'immobilier commercial accessible et solidaire. Comment ? En achetant, rénovant et louantdes locaux pour installer des activités qui ont un impact positif sur leur territoire et permettent notamment auxhabitants deretrouver des services de proximité et du lien social. Avec Raphaël Boutin Kuhlmann, cogérant et directeur des opérations, nous parlons des initiatives qui permettent de redynamiser des villages et des territoires. Nous parlons de lien mais surtout de lieu social, de tiers-lieux, de modèles alternatifs, d’investissement, de progrès ou encore d’innovation sociale. Cet épisode a été tourné le 6 décembre 2021 à Crest, dans la vallée de la Drôme, alors que l'équipe venait tout juste d'emménager dans ses nouveaux locaux. En photos : balade à Crest en famille, en février 2022.
Damien fait partie des premières personnes que j'ai eu envie d'interviewer. Lors de mes recherches avant le lancement du podcast, fin 2020, j'étais tombée sur son premier livre, "Toutes les couleurs de la terre", paru la même année aux éditions Tana et co-écrit avec Pierre Spielewoy, dans lequel il développe le concept de société de la relation. Depuis, j'ai eu régulièrement l'occasion d'échanger avec Damien et je suis son parcours de vie avec intérêt. Damien est géographe et anthropologue. Il se décrit comme un penseur de la relation, militant des diversités. Il est engagé en politique, et entend bien mettre la poésie au cœur de son action. Sa femme vient du Burkina Faso, et Damien a la double nationalité. Franco-burkinabé, son cœur est en partie en Afrique. Il a d'ailleurs publié au mois de janvier un livre sur Yacuba Sawadogo, "L'homme qui arrêta le désert". "Cet homme octogénaire a consacré sa vie à créer une forêt en plein Sahel, à rebours de la dynamique d'exode rural en utilisant et en perfectionnant des techniques traditionnelles. Le résultat aujourd’hui ? Les écoles sont de nouveau bruyantes, les artisans et familles se sont réinstallés, le sol est fertile, et des relations par-delà le visible structurent de nouveaux possibles". Hasard des calendriers des maisons d'édition, un autre livre de Damien est sorti au mois de janvier : "Entendre la Terre", un livre d'entretien avec le géographe Augustin Berque. "Son œuvre est un phare pour penser la relation. Augustin Berque a été l'un des géographes les plus influents pour moi : sa pensée du milieu, sa quête de l'altérité, sa capacité à réconcilier l'universel et la diversité, me semblent féconds pour faire face aux crises contemporaines". Après avoir soutenu sa thèse sur les jardins potagers pour les familles en situation de précarité, Damien a obtenu le titre de Docteur. Il a quitté Paris cet été avec femme et enfant pour aller s'installer dans la Sarthe et le Vendômois. En parallèle, il démarre un postdoc sur les transitions écologiques territoriales au CNRS. Notre entretien a été enregistré en avril 2021, dans un parc parisien à mi-chemin entre nos deux logements de l'époque.
Pâtisserie et cuisine douces pour la planète (et pour nous !), ateliers de sensibilisation à l'écologie, permaculture au jardin pédagogique, ateliers philo pour enfants, dîners collaboratifs, éveil musical pour les touts petits, ateliers couture, teambuilding,... voilà un petit aperçu des différentes activités proposées aux Ciboulettes, un éco-lieu d’expérimentation dédié aux pratiques écologiques qui font plaisir. Ici, petits et grands cuisinent, bricolent, méditent, jardinent, partagent… pour prendre soin d’eux, des autres et de la planète. Marion a fondé ce lieu avec sa sœur Céline, au cœur de la gare de Chelles en Seine-et-Marne. Quand je suis allée la rencontrer aux Ciboulettes en juin 2021, j'avais très envie de comprendre le chemin qu'elle avait parcouru avant de se lancer dans cette aventure, après un burn-out il y a quelques années. C'était une autre époque.Marion passait son temps à travailler, consommer, voyager. Elle gagnait très bien sa vie, et a fini par se sentir à côté de son chemin. Elle a pris conscience de l'impact écologique de son mode de vie, et en quelques années, elle a progressivement changé ses habitudes, et finalement sa manière de voir le monde. Aujourd’hui, elle trace sa route, alignée avec ses valeurs. C’est une personne sensible, rayonnante et vraiment inspirante. Une personne qui vit désormais "en pleine conscience", que ce soit vis-à-vis de ses activités quotidiennes, de sa consommation, de son alimentation, de ses loisirs,... Une personne qui essaye, à son niveau, de donner envie aux autres de s'engager dans une transition écologique et sociale joyeuse et accessible. Parmi toutes les personnes que j'ai interviewées, Marion est probablement la personne qui me ressemble le plus. Son parcours professionnel et de transition résonne avec le mien ; je partage ses indignations et ses espoirs, sa volonté de retisser les liens abîmés pour faire évoluer nos regards sur le monde. Quand parfois je me décourage ou que je n'ai plus de mots face aux critiques - inévitables... - quand on tente de changer ses habitudes ("ma pauvre tu vas être totalement carencée avec ce que tu manges !", "avec tout ce que tu as pris l'avion, franchement ça te fait quoi de le prendre une fois de plus ?"), je pense à Marion et ça me redonne le sourire. Merci à toi de faire partie des personnes inspirantes qui montrent que s'engager sur la voie d'une vie plus écologique, c'est loin d'être affreux, bien au contraire !
6 février 2021. Il faisait gris et froid. Il pleuvait. Je venais de terminer un parcours de quelques semaines de réflexion, en collectif, pour poser les premières pierres de mon nouveau parcours professionnel. Je voulais contribuer d'une manière ou d'une autre à la transition écologique, mais je ne savais pas par quel bout prendre les choses. J'en ai conclu qu'il fallait d'abord que je m'inspire auprès de celles et ceux qui y contribuaient déjà. Mon rêve, depuis des années, était de partir en camping-car, en famille, pour faire un tour des pays scandinaves à la découverte des initiatives inspirantes en matière d'éducation. En pleine période de covid, ce n'était pas vraiment envisageable. Je me suis dit qu'après tout, je pouvais déjà démarrer à côté de chez moi, avec un simple micro et un enregistreur. Et sans camping-car. Pendant le premier confinement, alors que j'étais enceinte de mon 2ème enfant, j'avais suivi le parcours "résilience et transition" proposé par le Campus de la Transition. Quelle richesse dans les contenus ! Ce fut une révélation. Mon micro acheté, je leur ai donc écrit pour les interviewer. Aucune autre première interview n'aurait eu de sens pour moi. Il fallait que je me rende au Campus. Ils m'ont simplement proposé de venir lors d'une journée portes ouvertes, et de voir directement sur place. Je suis venue avec ma fille, et nous y avons passé la journée. Nous avons visité, jardiné, discuté... Et j'ai réussi à décrocher non pas une mais 3 interviews ! Je n'en menais pas large quand il a fallu tendre le micro à Dorothée de Courson. C'était mon premier enregistrement, et je n'avais aucune idée du résultat final. Je n'avais même pas préparé de questions... Ce premier épisode - et c'est le seul - donne la parole à 3 personnes. Il a une saveur toute particulière pour moi. Je ne l'ai jamais réécouté, je pense que je n'y verrais que des défauts. Mais c'est un épisode de cœur qui marque le début de mon aventure dans l'univers du podcast ! Le Campus de la Transition est un lieu d’enseignement, de recherche et d’expérimentation créé en 2018 par un collectif d’enseignants-chercheurs, d’entrepreneurs et d’étudiants. Leur volonté : promouvoir une transition écologique, économique et humaniste pour relever les enjeux de notre siècle. Le Campus de la Transition innove dans les contenus de ses enseignements, mais aussi dans la manière de les enseigner. L’expérience de l’apprenant se poursuit bien au-delà du seuil de l’amphi. Les enjeux d’une transition écologique concernent autant nos têtes que nos cœurs et nos corps.
Je me souviens de cette belle rencontre, quelques jours avant Noël. Nous passions quelques jours dans le Perche, chez des amis. Pendant la sieste du petit, gardé par son papa, nous étions partis en début d'après-midi direction la Ferme du Plessis. Les amis avaient visité les jardins avec ma fille, pendant mon interview avec Mathieu Labonne. 🧑Ingénieur-chercheur en climatologie, Mathieu Labonne a passé 5 années à la direction de l’association Colibris, avant de rejoindre la Coopérative Oasis qui aide les citoyens à inventer et développer de nouveaux lieux de vie dans les territoires.Il est également coordinateur du Centre Amma, à la Ferme du Plessis, et est à l’origine del'écohameausitué juste à côté, où il vit avec sa famille. 💡Les Oasis : des laboratoires d'inspiration au cœur des territoires Ces lieux, qui peuvent prendre des formes multiples, sont particulièrement avancés en matière de coopération, de solidarité et de partage. Les 5 principes fondamentaux de la Coopérative Oasis (agro-écologie, sobriété énergétique, gouvernance respectueuse des besoins de chacun, mise en commun et équilibre entre collectif et individuel, et ouverture sur le monde) sont à mon sens des axes essentiels des nouvelles voies que nous devons emprunter. ☀️Dans cet épisode, nous parlons d’écolieux et de la vie en habitats participatifs, d’écologie, d’engagement, de spiritualité, de gouvernance partagée, de valeurs à nourrir et à cultiver. ✒ Le premier livre de Mathieu Labonne, "Servir le monde" aux éditions Tana, est sorti au mois de mars. Il ypartage en particulier ses réflexions sur l'intérêt de relierladémarche spirituelle et l'engagement écologique, qui sont les deux éléments centraux de son engagement.
1er épisode de cette nouvelle série de rediff', l'épisode n°3 consacré à l'holacratie a été enregistré en février 2021 à Tarnos, dans les Landes. 🎧 Il fait partie des 3 plus longs épisodes du podcast (durée 59mn !), mais il est pourtant le n°1 en termes d'écoute. Chaque semaine depuis plus d'un an, je constate avec étonnement (et joie) que de nouvelles personnes écoutent cet échange avec Vincent Lagalaye, coach certifié en holacratie. ⚙ L'holacratie est une démarche qui fait partie de ce qu’on appelle la « gouvernance partagée » dans les organisations. Voici un extrait de la présentation de cet épisode : "Alors que j’explore différents champs d’action pouvant accompagner la transition écologique, économique et sociale, en particulier à travers de nouvelles manières d’être en lien, il me semble que l’une des clés se situe au niveau des modèles de gouvernance de nos organisations. Aujourd’hui, la plupart des organisations, que ce soit les entreprises, les associations, les partis politiques ou encore les collectivités locales, sont encore organisées selon un modèle bien souvent pyramidal qui n’est pas source d’épanouissement pour les personnes qui en font partie. Dans son livre publié en 2014, Reinventing Organizations, Frédéric Laloux montre que de nouvelles formes d’organisations sont possibles, et même, qu’elles fonctionnent déjà.Je suis convaincue que le changement de nos modes d’organisation – avec de nouvelles façons de communiquer et de décider ensemble - est un levier de transformation puissant vers un nouveau modèle de société. Une société du faire ensemble".
Pour clore cette semaine caniculaire du mois d’août, je vous propose la rediff d’un épisode coup de cœur, enregistré à la ferme du Grand Laval à Montélier, dans la Drôme. 🐔🌾 Elsa Gärtner et Sébastien Blache sont paysans naturalistes et pratiquent la polyculture-élevage. Cette méthode de production agricole était la norme au début du siècle passé. Elle est aujourd’hui très à la marge. Ici pas d’intrants chimiques, la terre est fertilisée par les animaux, eux-mêmes nourris par ce qui est produit à la ferme. 🧐 Je lis régulièrement des commentaires de gens qui affirment que les rendements de l’agriculture biologique sont moins bons que ceux de l’agriculture conventionnelle, et que pour nourrir toute la population mondiale, il est urgent d’arrêter le bio. Cet argument est bien utile pour servir les intérêts de l’agriculture conventionnelle qui utilise abondamment pesticides et intrants chimiques au détriment de la santé des sols, de la biodiversité et par conséquent des êtres humains. Si l’on compare la monoculture en bio avec la monoculture en conventionnel, l’argument peut tenir la route: la monoculture, quelle qu’elle soit, n’est pas un système résilient. A l’inverse, la polyculture-élevage est un système résilient dont les rendements n’ont plus à faire leur preuve; des études ont été menées sur le sujet, notamment à la ferme du Bec Hellouin qui pratique le maraîchage bio-intensif selon les principes de la permaculture. Les rendements sont excellents, le système n'use pas les sols et ne produit aucun déchet inutile. 🐦Dans cet épisode, mes invités dressent un constat lucide sur la réalité du système agricole aujourd’hui. Ils nous parlent des enjeux liés à notre alimentation, mais aussi de leurs espoirs en construisant un système agricole qui intègre pleinement la vie sauvage et permet la régénération des écosystèmes. 🚀 Sébastien et Elsa sont très engagés : ils sont notamment à l'origine de la création de l'association "Fermes paysannes et sauvages" dont les fermes, à taille humaine, œuvrent pour le retour de la vie sauvage dans les espaces agricoles. Leur postulat : la ferme n'est plus le problème mais une partie de la solution.
C’était l’été dernier. Je m’en souviens comme si c’était hier. Nous venions de passer un week-end en famille dans les Ardennes, et nous avions échappé au pire. Notre petit garçon de un an venait de faire une chute que je n’ai cessé de revivre en boucle, durant des semaines qui se sont prolongées en mois. Encore aujourd'hui, j'ai du mal. En arrivant à la Hardonnerie, j’étais aussi sonnée que reconnaissante d’être là, sains et saufs tous les 4. Nous étions en retard, et avons rejoint la visite en cours au pas de course, sous une pluie battante de juillet. Malgré le contexte, malgré le temps, ou peut-être grâce à tout cela,la ferme refuge m’a redonné le sourire. Créée par l’association Welfarm, qui œuvre pour une meilleure prise en compte du bien-être des animaux d’élevage, la Hardonnerie accueille des animaux de ferme au passé difficile. ☔Guidés par Jessica Manichon, éthologue et coordinatrice de la Hardonnerie, les visiteurs du jour ont pu découvrir les différents animaux du refuge. L’objectif du parcours est double : - Permettre aux visiteurs de découvrir les animaux d’élevage autrement, et notamment leurs comportements et leurs capacités intellectuelles étonnantes - Les amener à s’interroger sur leurs actes d’achat, et leur donner les clés pour devenir des consommateurs plus responsables Aujourd’hui, réduire la consommation de viande au niveau mondial n’est plus une option: 80% de la déforestation dans le monde est due à l’agriculture, qui a besoin de place pour l’élevage et pour cultiver des céréales comme le soja pour nourrir les animaux. En France, 95% des cochons sont élevés en bâtiment fermé sans accès à l’extérieur, sur du béton sans paille. 83% des poulets sont élevés en bâtiment fermé sans accès à l’extérieur. 99,9% des lapins sont élevés en cages, sans aménagement ni limites de densité. Welfarm œuvre pour une meilleure prise en compte du bien-être des animaux, à toutes les étapes de leur vie (élevage, transport, abattage). 🌠J'espère que l'écoute de cet épisode vous accompagnera dans vos propres réflexions autour de la place qu'occupent aujourd'hui les êtres humains parmi les vivants, et des relations que nous entretenons avec les animaux.
Après 2 soirées passées chez notre ami Vincent à Agen, nous voilà depuis hier près d’un petit lac quelque part entre Toulouse et Montpellier, dans un camping parfait où on ne capte presque rien (parfait pour nous : rien à part le lac, le calme, la forêt). Le téléphone, je l'oubli beaucoup cet été, et je le ressors chaque mardi et vendredi pour vous publier les rediff de la saison 1. Alors ce matin, je tente une connexion rapide pour publier un nouvel épisode, avec une journée de retard 🤭 🌸 Pourquoi un épisode sur une ferme de plantes médicinales dans la rubrique alimentation? Parce que je n’ai volontairement pas crééde rubrique «santé» pour les rediffusions de cet été, partant du principe que ce sujet-là est transverse, et qu’il se retrouve dans toutes les interviews, tous les témoignages que j’ai pu recueillir. Prendre soin de soi, de ses relations aux autres et à la nature; nourrir son corps, nourrir sa tête, nourrir son cœur: tout cela participe directement à une meilleure santé générale. Mais aussi parce que les plantes médicinales peuvent se retrouver dans nos assiettes et dans nos tisanes: elles sont donc au sens propre une véritable nourriture pour le corps! Cet épisode a été enregistré en avril 2021, dans la ferme de plantes médicinales de Fabien Gordon, paysan-herboriste qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques. 📷Bayonnais d’origine, Fabien a exercé le métier de photographe durant de nombreuses années en région parisienne. Il a progressivement ressenti le besoin d'un retour à la terre, et a mené en parallèle de son métier plusieurs expériences en permaculture sur des projets d’agriculture urbaine. 🌱Après s’être formé durant 3 années à l’école Lyonnaise des plantes médicinales, il a lancé Caubraque la Ferme des Médicinales.Dans sa ferme, Fabien cultive une cinquantaine de plantes, cueillies et récoltées à la main, et séchées en douceur afin de préserver au mieux leurs vertus et bienfaits. «Avec cette ferme, il y a vraiment une volonté de transition, presque une visée politique. Pas au sens partisane, mais au sens de poser des actes qui vont dans le sens d’un monde qu’on a envie de voir naître».
🎙2ème épisode du podcast, cette interview a été enregistrée en février 2021 dans les Landes, chez Yoann Lang qui vit depuis plus de 10 ans à côté d’une parcelle de 7 hectares qui a été utilisée pendant 50 ans pour de la monoculture de maïs. Présentation de l'épisode, il y a déjà plus d'un an : "Après des années de traitements chimiques et de labour intensif, cette parcelle était en jachère depuis 8 ans. Yoann a eu le projet – un peu fou - de créer ici un havre de biodiversité pour répondre aux besoins de son territoire tout en prenant soin de la Terre. Il souhaite recréer un écosystème complet, avec des arbres, buissons, champignons, animaux, des légumes et des plantes en tous genres, notamment médicinales, mais aussi des fruits rares, comme les baies de goji, du citron caviar ou du citron yuzu. Il prévoit également de la spiruline, des ruches, du café. En bref, son idée est de répondre autant que possible aux besoins des gens par une production locale, écologique et naturelle, sans aller chercher les produits à l’autre bout du monde. Il a passé des années à mûrir ce projet. Au-delà de la nourriture produite localement, Yoann souhaite organiser des rencontres et événements avec les habitants et prévoit d’embaucher des salariés à moyen terme.Yoann est notamment accompagné par Humans By Nature pour monter son projet, et c’est avec eux que j’ai pu visiter son terrain et découvrir ce beau projet". Aujourd'hui, les légumes poussent sur le terrain de Yoann, qui va pouvoir démarrer la vente directe à la ferme, en attendant que les arbres poussent 🌳 Je suis passée non loin de là il y a quelques jours mais Yoann n'était pas chez lui. Je repasserai à l'occasion pour voir l'état d'avancement de ce beau projet !
Elle fait partie de ces rencontres qui vous nourrissent, pour longtemps. Chaque échange est un cadeau pour qui sait écouter et ressentir 🧘‍♀️ Avec Valérie, nous abordons notamment le sujet des émotions, dont nous parlons toutes et tous sans bien savoir ce qu’il y a derrière. Sans avoir appris, ou plutôt en ayant mal appris. Nous les cachons, nous les balayons d’un revers de la main, nous les dénigrons, nous tentons de les «gérer». Mais comme le dit Valérie, une émotion n’est pas un stock: ça ne se gère pas! «Les émotions sont des messagers qui viennent nous apporter des informations sur nos besoins. […] C’est quelque chose de vivant, qui nous traverse». Valérie Marchand est docteur en pharmacie, formatrice en méditation de pleine conscience, auteure de plusieurs ouvrages et artiste-peintre. Je l’ai rencontrée début 2021, dans le cadre d’un parcours que j’ai suivi auprès de l’association SEVE, fondée par Frédéric Lenoir, pour animer des ateliers de philosophie auprès d’enfants. Chaque atelier démarre par une pratique de l’attention - autrement dit quelques minutes de méditation de pleine conscience - et Valérie était ma formatrice sur ce thème. 🎙Dans cet épisode, nous parlons du rôle que jouent les émotions dans notre quotidien, des bienfaits de la méditation sur notre santé et dans nos liens aux autres, notamment aux enfants, mais aussi de ce que cette pratique peut faire évoluer dans notre rapport au monde qui nous entoure. 🔥 Depuis notre enregistrement, Valérie a publié un nouveau livre «Plaidoyer pour un système de santé plus humain», aux Éditions L'Alchimiste.L'intention est de prendre soin des soignants, des patients et de la santé de façon plus complète. Pour cela, elle propose un état des lieux, des témoignages et le partage de ressources, afin d'aider à la résilience. 📣 Cet épisode est à partager sans modération avec les personnes de votre entourage qui exercent des métiers dans le soin aux autres, notamment à l’hôpital, avec les enseignants, les parents et toutes les personnes qui cherchent des clés pour prendre soin d'eux, des autres et du monde en général.
🥵 La première moitié de l'été 2022 est la 2ème plus chaude de la période 1947-2022, derrière 2003. 🌄 Plusieurs départements sont en alerte sécheresse. La première quinzaine de juillet est la plus sèche depuis au moins 1959. 🚒 En seulement un mois, près de 17 000 hectares de forêt ont brûlé, soit plus que sur toute l’année 2021. Nous en sommes au 2eme épisode caniculaire, alors que l’été ne fait que commencer. 🌡La chaleur peut être mortelle. A un certain seuil,le mélange de chaleur et d’humidité rend la température insupportable pour l’humain; même en excellente santé, cela peut être mortel en seulement quelques heures.Comme l’explique le très bon article de BonPote sur le sujet, on se rend compte que nous nous rapprochons de plus en plus de ce seuil, voire le dépassons, dans plusieurs parties du globe etavec des décennies d’avance. ✒ Les mots de présentation du livre de Flora (Nos voies de résilience - Traverser les effondrements, paru en septembre 2021 aux éditions Massot)résonnent d’une tonalité toute particulière en ce mois de juillet 2022, tandis que les incendies ravagent la Gironde. «Face aux défis écologiques, aux instabilités politiques, aux troubles de notre époque qui se conjuguent, quel sens donner à sa vie? Comment être et s'épanouir dans un monde qui s'effondre ?Et comment trouver le courage d'agir ? » 🌠 Car oui, nous avons la possibilité d'agir, et l'action donne du sens et de la joie dans nos vies. 🎙Flora, je ne l’ai encore jamais rencontrée, et pourtant nos chemins se croisent régulièrement, par nos lectures, nos formations, nos centres d’intérêt, nos cheminements… Cet épisode a été tourné au mois de novembre, pour la première fois à distance, elle en Bretagne, moi dans la Drôme. 🎧 Dans cet épisode, Flora nous invite à nous poser les bonnes questions, et nous montre que chacun peut trouver sa propre voie de résilience. 🤰Depuis cet échange, la vie de Flora a bien changé ! Elle a trouvé un amoureux et s'apprête à devenir maman... Je lui souhaite beaucoup de bonheur pour ce nouveau chapitre de vie 🥰
Contraste avec la chaleur du jour, voici un épisode enregistré un jour froid et pluvieux de février 🌧 : mon échange avec Eline Lambert, en charge de l'animation des publics à l’association @la_sauge (Société d’Agriculture Urbaine Généreuse et Engagée). 🎙Cet épisode a été enregistré à la Prairie du Canal à Bobigny, en Seine-Saint-Denis, l'une des fermes urbaines montées par La SAUGE. Au milieu d’un paysage gris du sol au ciel, au milieu du béton et des lignes de chemins de fer qui se croisent entre elles et semblent prolonger les routes qui s’entremêlent: la Prairie du Canal. Un îlot où la végétation tente de reprendre ses droits, aidée des bénévoles qui se relayent ici chaque semaine, comme c’était le cas le jour de l’interview. Merci à Léo, Camille et Héloïse pour leur contribution en fin d'épisode ! 👩‍🌾👨‍🌾La SAUGE part du principe que sans connaissance pratique des rudiments de l'agriculture, nous sommes individuellement et collectivement vulnérables face aux événements et aux crises. L’association propose donc au plus grand nombre de reprendre le pouvoir sur ces savoirs indispensables, et pour cela elle se donne une mission : faire en sorte que tout le monde jardine au moins 2h par semaine. Dans cet épisode, nous parlons notamment : 🥦des fermes urbaines montées par l’association au cœur de zones très bétonisées 🙋‍♀️du rôle de l’agriculture au sein de la société, notamment dans l’inclusion des plus fragiles 🌾du choix des plants et des graines que l’on achète 👧des programmes pédagogiques proposés par La SAUGE dans les écoles J’avais découvert la SAUGE il y a quelques années lors d’un festival organisé à la Cité Fertile à Pantin, et c’est Ophélie Damblé – Ta Mère Nature qui m’en avait reparlé quand j’étais allée la voir pour l’enregistrement de l’épisode #7. Et il y a quelques jours, une personne en reconversion me parle des ateliers bénévoles pour lesquels elle s’est inscrite cet été… Alors que ce soit pour apprendre ou juste pour boire un verre entre amis, si vous êtes à Paris cet été allez faire un tour du côté de la Prairie du Canal: il y aura forcément quelque chose pour vous dans l’agenda estival☀️
Aujourd’hui, place à la rediffusion du 1er épisode du podcast tourné à Valence, ma ville d’adoption depuis le mois d’août 2021 ☀️ 🎤 Cet épisode a été tourné quelques mois après mon arrivée, en novembre, dans un jardin - l’oasis Rigaud - qui se trouve juste à côté d’une école, au milieu des tours du quartier de Fontbarlettes, classé zone urbaine sensible. Meriem Fradj aco-fondél’association Le Mat Drôme en 1986 pour favoriser la participation des habitants à l’amélioration de leur cadre de vie, en les encourageant à agir ensemble. L'association s'investie dans la création et l’animation de jardins urbains, à travers notamment des actions éducatives, de formation et d’accompagnement au jardinage au naturel et aux bonnes pratiques alimentaires. 👨‍🌾 Depuis cette rencontre, j'ai pu papoter tous les mardis soirs avec le jardinier du Mat Drôme, qui tenait un stand sur le marché des producteurs locaux de la place Saint-Jean à Valence. Avec ce stand (qui ne sera pas présent au marché cet été), il a pu faire découvrir aux habitants du centre-ville les produits de l’association: miel, tartinades, plants divers et variés. Et depuis le 1er avril, Le Mat Drôme a également ouvert sa propre boutique, à côté des bureaux de l’association au cœur de Fontbarlettes: le «Comptoir Paysan Urbain». L’association propose ses plants, produits transformés et produits de ses partenaires, et permet également aux habitants d’accéder à un centre de ressources. L’histoire du Mat Drôme a fait l’objet d’un livre «Une cité aux mains fertiles», de Béatrice Barras, publié aux éditions Repas (maison d'édition associative - collection "Pratiques"), qui a reçu le prix du livre Economie Sociale et Solidaire 2020.
Et pour démarrer cette série de rediff, place à un épisode 💣 dans lequel Ophélie Damblé - Ta Mère Nature revient sur son parcours qui l'a amené des bureaux climatisés des agences de com à la serre qu'elle a installée au cœur de la Cité Fertile à Pantin, pour y faire pousser ses plants, accueillir les urbains en quête de nature et préparer ses bombes à graines pour les balancer dans tous les intersticesde béton qu'elle croise 🙊 Car Ophélie est une adepte de la GuerillaGreen, qu'elle raconte dans une BD où elle se met en scène pour retracer son parcours et partager ses réflexions et bons plans ! Extrait :"Angleterre - XVIIème siècle. Le roi vient de se faire décapiter, la famine se fait sentir et il n'y a plus de terres à cultiver. Un groupe appelé les diggers (bêcheurs ou piocheurs) signe alors le premier acte deGuerillaGreen en occupant de manière illégale les terres communales pour les cultiver. Gerrard Winstanley, cofondateur des diggers, écrit en 1650 : "La vraie religion, sans souillure, consiste à donner à chacun la terre librement pour qu'il purifie la terre et cultive de manière coopérative." Les diggers sont rapidement condamnés par la justice et se voient interdire l'accès aux terres". Ils seront suivis bien plus tard par d'autres guerillerosdes végétaux, comme Liz Christie qui transforme un terrain vague de New York en jardin partagé (c'est à elle qu'on doit le terme de GuerillaGreen). 👩‍🌾 Depuis sa reconversion en tant qu'agricultriceurbaine, Ophélie partage toutes ses découvertes, ses rencontres, ses ratés, sur les réseaux sociaux et c’est une vraie bouffée de bonne humeur.J’ai eu le plaisir de l'interviewer en mai 2021, à la Cité Fertile. 🎙Dans cet épisode, Ophélie nous parle, en vrac : de son parcours, de ses échecs, de la green guerilla, de féminisme, de syndrome prémenstruel, de joie, de militantisme, de jardinage, de lien social, de désobéissance civile, de jardins partagés, de biodiversité, de musique et d'amour ! 📖 A la fin de l'épisode, lecture d'un extrait du livre de Baptiste Morizot, "Manières d'être vivant", que j'ai eu la chance de croiser à plusieurs reprises depuis que je suis dans la Drôme.
Pour le dernier épisode de cette première saison du podcast, j’ai le plaisir de recevoir Sarah Fanjat, coach d’organisation, spécialisée dans l’innovation managériale et la conduite du changement, qui propose notamment une activité de coaching avec les moutons. Avec tous les a priori que nous avons sur ces animaux, pas facile d’imaginer s’en inspirer pour améliorer la cohésion d’une équipe… Et pourtant, si on met ce que l’on sait – ou que l’on croit savoir – de côté, on peut être surpris ! Dans cet épisode, nous parlons de médiation animale bien sûr, mais aussi de l’importance du temps long, souvent malmené dans les organisations, nous abordons l’apprentissage de la coopération et l’importance d’expérimenter le savoir-être-ensemble, tout en laissant de la place à la vulnérabilité et à l’imprévu. Lien relatif à cet épisode : Le site internet du Sheep Coaching : https://www.sheepcoaching.com/ Belle écoute ! Episode enregistré le 20 avril 2022 à Saint-Donat-sur-l'Herbasse, dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes *** Cet épisode est le tout dernier épisode de la première saison du podcast ! N'hésitez pas à le partager autour de vous, notamment aux personnes qui travaillent en équipe ou qui expérimentent la gestion de projets au sein d’un collectif. Vous pouvez également le partager sur vos réseaux et vous abonner sur Deezer, Spotify ou encore Apple podcasts pour rester informé du lancement de la prochaine saison. J’ai pris beaucoup de plaisir à enregistrer et partager toutes ces belles rencontres, et je remercie vivement toutes les personnes qui m’ont suivie jusqu’ici dans cette aventure. Merci infiniment pour votre écoute et vos retours, et je vous dis à très bientôt pour une saison 2 du podcast !
Cette semaine, je suis heureuse de vous partager mon échange avec Valérie Marchand, que j’ai rencontrée il y a un an et demi dans le cadre d’un parcours que j’ai suivi auprès de l’association SEVE, fondée par Frédéric Lenoir, pour animer des ateliers de philosophie auprès d’enfants. Chaque atelier démarre par une pratique de l’attention, autrement dit quelques minutes de méditation de pleine conscience. Valérie était ma formatrice sur ce thème, et j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir les bienfaits de cette pratique. Ce que j’ai découvert m’a servi de boussole tout au long de l’année passée, et continue de m’aider au quotidien. Je suis donc particulièrement heureuse de pouvoir vous partager cet échange avec Valérie. Dans cet épisode, nous parlons du rôle que jouent les émotions dans notre quotidien, des bienfaits de la méditation sur notre santé et dans nos liens aux autres, notamment aux enfants, mais aussi de ce que cette pratique peut faire évoluer dans notre rapport au monde qui nous entoure. Liens relatifs à cet épisode : Le site internet de Valérie : https://www.meditationsante.com/ Son compte Facebook et sa chaîne Youtube L'association SEVE, présidée par Frédéric Lenoir et Martine Roussel-Adam : https://asso.seve.org/ Si vous avez aimé cet épisode, je vous recommande d'écouter également les épisodes 6 et 8 du podcast : Episode #6, avec Véronique Zehnacker "Donner les clés relationnelles, pour permettre de s'affirmer pleinement tout en avançant avec les autres" Episode #8, avec Anne-Laure Benattar "Retrouver son équilibre intérieur pour pouvoir avancer sur son propre chemin" Belle écoute ! Episode enregistré le 21 janvier 2021, à distance (Valérie à Lenoncourt, en Meurthe-et-Moselle, région Grand Est ; Aurélie à Valence, dans la Drôme, région Auvergne-Rhône-Alpes)
Cette semaine, je suis heureuse de vous partager mon échange avec Eline Lambert, en charge de l'animation des publics à l’association La SAUGE, la Société d’Agriculture Urbaine Généreuse et Engagée. L’association part du principe que sans connaissance pratique des rudiments de l'agriculture, nous sommes individuellement et collectivement vulnérables face aux événements et aux crises. La SAUGE propose donc au plus grand nombre de reprendre le pouvoir sur ces savoirs indispensables, et pour cela elle se donne une mission : faire en sorte que tout le monde jardine au moins 2h par semaine. Dans cet épisode, nous parlons notamment : des fermes urbaines montées par l’association au cœur de zones très bétonisées du rôle de l’agriculture au sein de la société, notamment dans l’inclusion des plus fragiles du choix des plants et des graines que l’on achète ainsi que des programmes pédagogiques proposés par la SAUGE dans les écoles. Cet épisode a été enregistré à la Prairie du Canal à Bobigny, en Seine-Saint-Denis, l'une des fermes urbaines montées par La SAUGE. Ce jour-là avait lieu un atelier bénévoles : merci à Léo, Camille et Héloïse pour leur contribution en fin d'épisode ! Liens relatifs à cet épisode : Le site internet de l'association La SAUGE Les Parisculteurs : programme mis en place par la Ville de Paris, depuis 2016, pour faciliter et accélérer l'installation de projets agricoles à Paris L'agronaute, à Nantes, qui accueille une pépinière participative créée par la SAUGE Noocity, l'un des partenaires de la SAUGE pour l'installation des bacs de cultures, cité par Eline durant l'épisode La mention Nature & Progrès, qui garantit des produits alimentaires et cosmétiques respectueux de l'environnement, des hommes et des animaux Germinance, l'un des principaux fournisseurs de la SAUGE, pour la livraison des graines Si le sujet de l'agriculture urbaine vous intéresse, je vous invite à écouter les autres épisodes du podcast qui abordent ce sujet : L'épisode n°7 avec Ophélie Damblé, Ta Mère Nature - "Reverdir la ville en cultivant la joie : l'univers drôle et décalé d'Ophélie Damblé" L'épisode n°11 avec Meriem Fradj - "Un archipel de jardins urbains au cœur d'un quartier réinventé par ses habitants" L'épisode n°16 avec Erika Fournel - "L'école comestible : la Révolution Délicieuse, dès le plus jeune âge" Et si vous voulez en savoir plus sur la transition agricole - et notamment la polyculture-élevage, une méthode de production agricole respectueuse de la faune et de la flore - et découvrir une ferme qui intègre pleinement la vie sauvage dans son fonctionnement, je vous invite vivement à écouter l'épisode n°15 avec Sébastien Blache et Elsa Gärtner à la ferme du Grand Laval, dans la Drôme ! Belle écoute ! Episode enregistré le 01/02/2022 à la Prairie du Canal à Bobigny, en Seine-Saint-Denis (93)
Cette semaine, je suis heureuse d'accueillir dans le podcast Erika Fournel, diététicienne nutritionniste, chargée des contenus pédagogiques au sein de l'école comestible, association fondée par la journaliste Camille Labro, qui se propose d'éveiller et d'éduquer les enfants au goût dès la maternelle. L'école comestible s'inspire de l'Edible Schoolyard, un projet de jardin potager et d'apprentissage par la cuisine, lancé en 1995 aux Etats-Unis par Alice Waters, une cheffe cuisinière américaine. Depuis, ce projet a permis le lancement de programmes d'éducation alimentaire dans plus de 5000 écoles à travers le monde. Avec Erika, nous parlons de transition professionnelle, d'éducation au bien manger, de circuits courts ou encore... de lactofermentation. Nous parlons avant tout de la joie des enfants qui découvrent ou redécouvrent l'art de la cuisine, à partir d'aliments sains, locaux et de saison. "Éduquer les enfants à mieux manger, c'est aussi leur apprendre à prendre soin d'eux-mêmes, des autres et de leur environnement, tout en se régalant. C'est une démarche écologique, humaine, vertueuse et délicieuse", Camille Labro Liens relatifs à l'épisode : Le site de l'école comestible : https://www.ecolecomestible.org/ Le site de l'Edible Schoolyard : https://edibleschoolyard.org/ Le blog d'Erika avec ses astuces d'organisation pour une cuisine maison, antigaspi, à partir de produits de saison : https://erikafournel.com/blog/ L'épisode #6 du podcast avec Véronique Zehnacker, médiateure professionnelle et également membre du bureau de l'école comestible Belle écoute ! Episode enregistré le 1er février 2022 à Paris
Cette semaine, je vous propose une interview un peu particulière puisque j’ai le plaisir de recevoir pour la première fois 2 personnes dans le podcast : Elsa Gärtner et son mari, Sébastien Blache, de la ferme du Grand Laval dans la Drôme. Elsa et Sébastien pratiquent la polyculture-élevage, une méthode de production agricole qui était la norme au début du siècle passé, mais qui est aujourd’hui très à la marge. Ici pas d’intrants chimiques, la terre est fertilisée par les animaux, eux-mêmes nourris par ce qui est produit à la ferme. 3 personnes, 2 micros : ça donne quelques petits bruits de fond en se passant le micro, mais ça donne surtout un échange très riche ! Dans cet épisode, mes invités dressent un constat lucide sur la réalité du système agricole aujourd’hui. Ils nous parlent des enjeux liés à notre alimentation, mais aussi de leurs espoirs en construisant un système agricole qui intègre pleinement la vie sauvage et permet la régénération des écosystèmes. Liens relatifs à cet épisode : Le site de la Ferme du Grand Laval : https://lafermedugrandlaval.wordpress.com/ Le réseau des fermes paysannes et sauvages : https://lesfermespaysannesetsauvages.wordpress.com/ Hors-série Socialter, "Renouer avec le vivant" : https://www.socialter.fr/article/hors-serie-9-renouer-avec-le-vivant-avec-baptiste-morizot La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) : https://www.lpo.fr/ Belle écoute ! Episode enregistré le 20 janvier 2022 à la Ferme du Grand Laval à Montélier, dans la Drôme
Cette semaine, je suis très heureuse de recevoir Flora Clodic-Tanguy, journaliste indépendante et consultante en stratégie de financements participatifs, dont le 1er livre, « Nos voies de résilience - Traverser les effondrements », a été publié en septembre aux éditions Massot. Elle y raconte son propre parcours de transition qui l’a amené à enquêter auprès de personnalités atypiques dont elle dresse les portraits dans le livre. Chacune à leur manière, ces personnes s'engagent pour créer en conscience le monde de demain, plus égalitaire et plus écologique. Cet épisode a pour la 1ère fois été enregistré à distance. Nous parlons bien sûr d’effondrements, d’éco-anxiété, mais aussi de résilience, de liens, d’autonomie, de boussole intérieure, de pleine conscience ou encore des principes de la permaculture. Flora nous invite à nous poser les bonnes questions et nous montre que chacun peut trouver sa propre voie de résilience. Liens relatifs à cet épisode : Livre de Flora, "Nos voies de résilience" aux éditions Massot Choisir Eros sans nier Thanatos, Flora Clodic-Tanguy, TEDxLiège Livre de Frédéric Laloux, "Reinventing organizations - vers des communautés de travail inspirées" Film de Flore Vasseur, "Bigger Than Us" Parmi les personnes citées dans l'épisode : Pablo Servigne, Boris Cyrulnik, Bolewa Sabourin, Abdennour Bidar, Duc Ha Duong, Louise Browaeys, Mathilde Imer, François Codine, Thierry Thévenin, Odile Chabrillac, Nathalie Babouraj, Laure Noualhat, Charline Schmerber, Sandrine Roudaut Belle écoute ! Episode enregistré le 30 novembre 2021
Cette semaine, je suis très heureuse de lancer le premier épisode du podcast tourné à Valence (Drôme), ma ville d’adoption depuis la rentrée. Je suis partie à la rencontre de Meriem Fradj qui a co-fondé l’association Le Mat Drôme dans un quartier classé zone urbaine sensible : Fontbarlettes. Créée en 1986, l'association vise à favoriser la participation des habitants à l’amélioration de leur cadre de vie, en les encourageant à agir ensemble. Pour l'équipe du Mat Drôme, « les habitants engagés et responsabilisés sont les garants des changements positifs et durables ». Depuis les années 2000, l'association s'investie dans la création et l’animation de ©Jardins Urbains et Citoyens, à travers notamment des actions éducatives, de formation et d’accompagnement à la pratique du jardinage au naturel et aux bonnes pratiques alimentaires. Dans cet épisode, nous parlons des initiatives menées pour rendre les habitants acteurs de l’amélioration de leur cadre de vie, nous parlons de jardins en ville, de cuisine ou encore de raison d’être. Liens relatifs à l'épisode : Site internet du Mat Drôme : https://lematdrome.fr/ Livre de Béatrice Barras qui revient sur l'aventure du Mat Drôme : "Une Cité aux mains fertiles, quand les habitants transforment leur quartier", aux éditions Repas Si vous l'avez manqué, je vous invite à écouter l'épisode #7 du podcast qui aborde également le thème de la nature en ville, en parlant de green guerilla avec l'humour pétillant d'Ophélie Damblé ! Belle écoute ! Episode enregistré le 19/11/2021
A la suite d’un week-end en famille dans les Ardennes, nous avons fait un détour par La Hardonnerie, la ferme refuge de l’association Welfarm qui œuvre pour une meilleure prise en compte du bien-être des animaux d’élevage. Malgré la pluie battante de cette journée de juillet, nous avons pu visiter la ferme avec les enfants, guidés par Jessica Manichon, éthologue et coordinatrice de la Hardonnerie. Le domaine, situé en Meuse, s’étend sur 44 hectares et accueille des animaux de ferme au passé difficile. Au-delà de l’accueil de ces animaux, le refuge est ouvert au public. L’objectif du parcours est double : Permettre aux visiteurs de découvrir les animaux d’élevage autrement, et notamment leurs comportements et leurs capacités intellectuelles étonnantes ;Les amener à s’interroger sur leurs actes d’achat, et leur donner les clés pour devenir des consommateurs plus responsables.Liens relatifs à l’épisode : Le site de la HardonnerieLe site de l’association Welfarm, protection mondiale des animaux de fermeLe guide de consommation réalisé par Welfarm, pour choisir des produits plus respectueux du bien-être des animauxLa visite de la ferme refuge et cet échange avec Jessica continuent de faire écho en moi, plusieurs semaines après. J'espère que l'écoute de cet épisode vous accompagnera dans vos propres réflexions autour de la place qu'occupent aujourd'hui les êtres humains parmi les vivants, et des relations que nous entretenons avec les animaux. AurélieEpisode enregistré le 13 juillet 2021
Pour cet épisode, je suis partie aux Ciboulettes, un éco-lieu d’expérimentation dédié aux pratiques écologiques qui font plaisir. Ici, petits et grands cuisinent, bricolent, méditent, jardinent, partagent… pour prendre soin d’eux, des autres et de la planète. J’avais très envie d’interviewer Marion Crosnier, la co-fondatrice des Ciboulettes, pour comprendre le chemin qu’elle a parcouru depuis son burn out il y a 7 ans, jusqu’à la création des Ciboulettes. Il y a quelques années, Marion passait son temps à travailler, consommer, voyager. Elle gagnait très bien sa vie, et a fini par se sentir à côté de son chemin. En quelques années, elle a progressivement changé ses habitudes, et finalement sa manière de voir le monde.  Aujourd’hui, elle trace sa route, alignée avec ses valeurs. C’est une personne sensible, rayonnante et vraiment inspirante. Une personne qui vit désormais "en pleine conscience", que ce soit vis-à-vis de ses activités quotidiennes, de sa consommation, de son alimentation, de ses loisirs,... Une personne qui essaye, à son niveau, de donner envie aux autres de s'engager dans une transition écologique et sociale joyeuse et accessible à tou.te.s. Liens relatifs à cet épisode : Le site web des Ciboulettes, éco-lieu basé à Chelles en Seine-et-MarneEmmanuel Druon, "Le syndrome du poisson lune", manifeste d'anti-management chez Actes SudMOOC "Gouvernance partagée" par l'Université des Colibris et l'Université du Nous (UdN)Stages artistiques et culturels chez Môm'artreThe Shift Project, think tank qui œuvre en faveur d'une économie libérée de la contrainte carboneLa Fresque du Climat, association qui œuvre pour embarquer les individus et les organisations dans la transition, en permettant la diffusion rapide d’une compréhension partagée du défi que représente le changement climatiqueTrès bonne écoute à toutes et à tous !AurélieEpisode enregistré le 21 juin 2021
Pour cet épisode, je me suis rendue chez Véronique Zehnacker, qui vit à Boulogne à côté de Paris et qui vient de créer sa société, Perspero, afin d’accompagner les personnes en tant que médiateure professionnelle.J’ai rencontré Véronique à l’occasion d’un parcours que nous suivons actuellement avec l’association SEVE créée par Frédéric Lenoir, afin d’animer des ateliers philo avec les enfants. En échangeant avec Véronique, j’ai découvert une personne passionnée de relations, guidée par une volonté d’aider les autres à mieux échanger. A recréer ou à réparer des liens qui avaient pu être abimés, que ce soit avec les autres ou avec la nature car Véronique est aussi engagée dans le projet de l’Ecole Comestible qui mène des actions auprès des enfants pour faire évoluer leur rapport à l’alimentation. J’ai eu envie d’en savoir plus sur son parcours et ses motivations, en lui tendant le micro. Liens relatifs à cet épisode : L'Ecole professionnelle de la Médiation et de la Négociation de Bordeaux : l'EPMNTicket for Change et HEC Paris, MOOC "Devenir entrepreneur du changement"Le programme "Graines de pâtissier" initié par la fondation ValrhonaL'école comestible qui mène des ateliers d'éducation à l'alimentation auprès des enfantsKamala, coach, formatrice de yoga et artiste peintre de la présence, dont Véronique parle durant l'épisode, sans la citer. Kamala propose notamment un programme pour trouver sa raison d'être. Les ateliers philo pour enfants proposés par l'association SEVELe podcast de Mathieu Baudin, "Dites à l'avenir que nous arrivons" : épisode du 6 mai 2021 avec François Taddei "Trouver son Ikigaï"Bonne écoute à toutes et à tous !AurélieEpisode enregistré le 4 mai 2021
Pour cet épisode, je suis partie chez Fabien Gordon, paysan-herboriste qui a monté il y a 5 ans une ferme de plantes médicinales dans la petite commune de Baigts-de-Béarn dans le département des Pyrénées-Atlantiques. Bayonnais d’origine, Fabien a exercé le métier de photographe durant de nombreuses années en région parisienne. Il a progressivement ressenti le besoin d'un retour à la terre, et a mené en parallèle de son métier plusieurs expériences en permaculture sur des projets d’agriculture urbaine. Après s’être formé durant 3 années à l’école Lyonnaise des plantes médicinales, il a lancé Caubraque la Ferme des Médicinales. Dans sa ferme, Fabien cultive une cinquantaine de plantes, cueillies et récoltées à la main, et séchées en douceur afin de préserver au mieux leurs vertus et bienfaits d’origine. Fabien vient de nouer un partenariat avec un Esat situé à proximité de la ferme – un établissement et service d’aide par le travail réservé aux personnes en situation de handicap. L’objectif est de permettre à Fabien de se consacrer à la création de nouveaux produits issus des plantes, et de trouver du temps pour raconter l’histoire de la ferme, à travers son regard de photographe et son intérêt pour le design. Ce partenariat donne également une nouvelle envergure sociale au projet de Fabien, à travers la transmission du savoir-faire qu’il a acquis ces dernières années. Cet épisode a été tourné en extérieur. Nous avons profité du chant des oiseaux dans le jardin de Fabien, à côté de la petite route qui sépare la partie habitation de la partie culture des plantes. Liens relatifs à cet épisode : Page Facebook Caubraque la Ferme des Médicinales Page Facebook du jardin de la Maison d'Assistantes Maternelles à Epinay-sur-Seine, dont parle Fabien dans l'épisode Bonne écoute à toutes et à tous ! Aurélie Episode enregistré le 21 avril 2021 à Baigts-de-Béarn dans le département des Pyrénées-Atlantique en région Nouvelle-Aquitaine.
Pour ce nouvel épisode, j'ai eu le plaisir d'échanger avec Damien Deville, géographe et anthropologue de la nature, et co-fondateur de l’Archipel des Alizées, une fédération qui regroupe des associations, petites entreprises, artistes et chercheurs qui œuvrent pour une société de la relation. Enseignant et doctorant, il vient de finaliser une thèse autour des jardins potagers, qu’il soutiendra au mois de juin. Il a co-écrit un livre « Toutes les couleurs de la terre », paru début 2020 aux éditions Tana, maison d’édition dont il est aujourd’hui également directeur de collection. Il travaille actuellement sur deux autres projets de livres dont il nous parle dans cet épisode. Damien axe son travail de recherche et son engagement autour des liens entre les humains, mais aussi entre les humains et le reste des êtres vivants. Il s’intéresse aux territoires, et cherche à mettre en valeur toutes les diversités qui les composent pour imaginer de nouvelles manières de cohabiter. Je l’ai découvert fin 2020, lors de mes réflexions autour de la création de ce podcast. J’ai ressenti une connexion instantanée avec son travail, et une immense gratitude car le combat de Damien est de faire de la relation le socle de la pensée et de l’action politique. "Toutes les couleurs de la terre", extrait : « C’est par la relation qu’un monde équilibré se crée. […] C’est par la relation entre un groupe d’humains et un territoire que naît la diversité ; c’est par la relation que les humains et les non-humains parviennent à se connaître et à s’émanciper réciproquement ». Liens relatifs à cet épisode : "Toutes les couleurs de la terre" de Damien Deville et Pierre Spielewoy L'Archipel des Alizées - site web"Des vents porteurs : comment mobiliser (enfin) pour la planète" de Thierry Libaert  Bonne écoute à toutes et à tous ! Aurélie Episode enregistré le 2 avril 2021
Pour ce nouvel épisode, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Vincent Lagalaye qui est coach certifié en holacratie, une démarche qui fait partie de ce qu’on appelle la « gouvernance partagée » dans les organisations. Alors que j’explore différents champs d’action pouvant accompagner la transition écologique, économique et sociale, en particulier à travers de nouvelles manières d’être en lien, il me semble que l’une des clés se situe au niveau des modèles de gouvernance de nos organisations. Aujourd’hui, la plupart des organisations, que ce soit les entreprises, les associations, les partis politiques ou encore les collectivités locales, sont encore organisées selon un modèle bien souvent pyramidal qui n’est pas source d’épanouissement pour les personnes qui en font partie. Dans son livre publié en 2014, Reinventing Organizations, Frédéric Laloux montre que de nouvelles formes d’organisations sont possibles, et même, qu’elles fonctionnent déjà. Je suis convaincue que le changement de nos modes d’organisation – avec de nouvelles façons de communiquer et de décider ensemble - est un levier de transformation puissant vers un nouveau modèle de société. Une société du "faire ensemble"*. Liens relatifs à cet épisode : HappyWork : https://happywork.pro/ La version française du livre de Frédéric Laloux, "Reinventing organizations - vers des communautés de travail inspirées" *L'Université des Colibris et l'Université du Nous (UdN) ont lancé un MOOC à ce sujet : "Gouvernance Partagée - Posture, Outils et Pratiques pour réinventer notre faire ensemble". Une nouvelle session de ce MOOC devrait avoir lieu prochainement. Bonne écoute à toutes et à tous ! Aurélie Episode enregistré le 23 février 2021 à Tarnos dans le département des Landes en région Nouvelle-Aquitaine.
Pour ce 2ème épisode, je me suis rendue chez Yoann Lang, qui vit depuis 10 ans dans le sud des Landes à côté d’une parcelle de 7 hectares qui a été utilisée pendant 50 ans pour de la monoculture de maïs. Après des années de traitements chimiques et de labour intensif, cette parcelle est désormais en jachère depuis 8 ans. Yoann a le projet – un peu fou - de créer ici un havre de biodiversité pour répondre aux besoins de son territoire tout en prenant soin de la Terre. Yoann souhaite recréer un écosystème complet, avec des arbres, buissons, champignons, animaux, des légumes et des plantes en tous genres, notamment médicinales, mais aussi des fruits rares, comme les baies de goji, du citron caviar ou du citron yuzu. Il prévoit également de la spiruline, des ruches, du café. En bref, son idée est de répondre autant que possible aux besoins des gens par une production locale, écologique et naturelle, sans aller chercher les produits à l’autre bout du monde. Il a passé des années à mûrir ce projet. Au-delà de la nourriture produite localement, Yoann souhaite organiser des rencontres et événements avec les habitants et prévoit d’embaucher des salariés à moyen terme. Cet épisode a été tourné en extérieur, et si on tend l’oreille, on peut entendre le chant des oiseaux. J’espère qu’il vous plaira, et que vous serez vous aussi contaminé par l’énergie de Yoann qui soulève des montagnes pour mener à bien son projet. Liens relatifs à cet épisode : Le site de la Forêt de Higas : https://www.foretdehigas.fr/ Retrouvez ici le lien helloasso pour soutenir le projet de Yoann Humans by Nature, collectif qui soutient Yoann dans la réalisation de son projet Bonne écoute à toutes et à tous ! Aurélie Episode enregistré le 21 février 2021 à Estibeaux dans le département des Landes en région Nouvelle-Aquitaine.
Dans ce premier épisode, je vous emmène à Forges, en Seine-et-Marne, au Campus de la Transition, un lieu d’enseignement, de recherche et d’expérimentation créé en 2018 par un collectif d’enseignants-chercheurs, d’entrepreneurs et d’étudiants. Leur volonté : promouvoir une transition écologique, économique et humaniste pour relever les enjeux de notre siècle. Le Campus de la Transition innove dans les contenus de ses enseignements, mais aussi dans la manière de les enseigner. L’expérience de l’apprenant se poursuit bien au-delà du seuil de l’amphi. Les enjeux d’une transition écologique concernent autant nos têtes que nos cœurs et nos corps. Cet épisode a été tourné lors d'une journée portes ouvertes du Campus. Dorothée de Courson, trésorière du campus en charge des formations professionnelles, nous explique l'origine de ce lieu atypique, ainsi que les missions et projets en cours. Je la remercie vivement pour son éclairage, tout comme je remercie Guy Perier et Joseph Billaud, qui m'ont tous deux apporté leurs témoignages et leurs liens par rapport au Campus. Guy vient de terminer une formation en ligne proposée par le campus, et Joseph vit sur place avec sa femme Armelle, depuis le mois de novembre 2020. Liens relatifs à cet épisode : Pour en savoir plus sur le Campus : https://campus-transition.org/ Cliquez ici pour accéder aux contenus du parcours Résilience et Transition dont je parle dans l'épisode Fin 2019, le Campus de la Transition avait été mandaté par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, pour piloter l’élaboration d’un livre blanc sur l’Enseignement supérieur à l’heure de la transition écologique et sociale. De cette demande est né le Manuel de la Grande Transition, fruit d'un travail collectif et publié en octobre 2020. Bonne écoute à toutes et à tous ! Aurélie Episode enregistré le 6 février 2021 à Forges dans le département de Seine-et-Marne en région Ile-de-France.